Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Articles avec #photos d'animaux tag

Voir les commentaires

Rat musqué (vallée de l'hallue)

14 Mai 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #rat musqué, #photos d'animaux, #vallée de l'Hallue, #Somme, #Picardie

Rat musqué (vallée de l'hallue)

Un autre habitant qui vient de temps à autre passer sous le terrier du martin pêcheur : le rat musqué. Il creuse aussi les berges mais les dégâts sont assez considérables. C'est pour cette raison qu'il est classé nuisible et qu'il est chassé et piégé comme le ragondin. Ces deux rongeurs ne sont pas à confondre avec le castor qui est une espèce strictement protégée.

Ce rat musqué est passé souvent très près de ma tente affût. Je suis à moitié dans le lit de la rivière et il nage tout près de moi, ramenant des végétaux vers son terrier.

Il a l'ouïe très fine car à peine entendu mon déclenchement (alors que je suis en mode silencieux et qu'une petite cascade fait du bruit derrière moi), il plonge instantanément et s'enfuit.

Rat musqué (vallée de l'hallue)

Il vient volontiers casser la croûte à découvert sur les berges.

Rat musqué (vallée de l'hallue)

La bête en entier !

Voir les commentaires

Brocard (Amiénois)

4 Mai 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #brocard, #chevreuil, #Amiens, #photos d'animaux, #Somme, #Picardie, #cathédrale

Brocard (Amiénois)

Alors que je rentre chez moi, un brocard (chevreuil mâle d'au moins un an) traverse la route sous mes yeux et va se fixer dans l'axe de la cathédrale d'Amiens. Heureusement, j'ai mon appareil !

Voir les commentaires

Crapauds communs (Amiénois)

18 Avril 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #crapaud commun, #accouplement, #photos d'animaux, #Amiens, #Somme, #Picardie, #batraciens

Crapauds communs (Amiénois)

Je vous laisse découvrir les crapauds communs de ma mare, non albinos ceux-ci !

Leur peau est pustuleuse. Les verrues sécrètent un venin qui protège les batraciens de la prédation des mammifères.

Plus d'info sur wikipédia.

Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)

Crapaud aux nouilles chinoises !

Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)

Le monstre du loch Somme !

Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)

Scène d'accouplement. Le mâle s'attache fermement sous les aisselles de la femelle et repousse les nombreux mâles qui tentent de les séparer. Ceci peut durer des heures, voire des jours !

Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)

J'ai pu observer les crapauds pendant une semaine. Depuis, ils ont quitté la mare. Nous sommes à la mi-avril et il semble que la période de reproduction soit en retard cette année.

Les œufs ont été pondus sous la forme de longs cordons accrochés à la végétation aquatique.

Une bizarrerie : je connais un bassin rempli de carpes où des crapauds viennent pondre. Eh bien les poissons ne mangent ni les œufs ni les têtards.

Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)
Crapauds communs (Amiénois)

A l'année prochaine les affreux !

Voir les commentaires

Castor européen (Vallée de la Meuse)

3 Septembre 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #castor européen, #photos d'animaux, #Ardennes, #Vallée de la Meuse, #bièvre, #rongeur, #Olivier Rubbers

Castor européen (Vallée de la Meuse)

Ma première rencontre avec le castor européen en vallée de la Meuse (Ardennes).

J'embarque avec un ami qui étudie le castor depuis plusieurs années déjà. Nous montons à bord de son canot pneumatique. Même s'il le surnomme "l'Insubmersible", j'avoue que je ne suis pas très rassuré. Avec le vent qui se lève en cette fin de journée, nous sommes ballotés par les flots et j'appréhende de prendre le bouillon avec tout mon matériel qui irait s'enfoncer par plus de 10 m de fond.

Le castor européen, encore appelé bièvre* au Moyen- Age, est un gros rongeur semi-aquatique à queue plate qui a failli disparaître d'Europe à la fin du XIXème siècle. En effet, il était chassé pour sa fourrure, sa viande (à l'époque où le carême était pratiqué, il était considéré comme poisson) et pour son castoréum (sécrétion huileuse très odorante). Secrété par des glandes du castor, le castoréum a une fonction de signalisation chimique de l'animal et d'imperméabilisation du pelage. Cette substance est connue depuis l'Antiquité. Elle a servi en parfumerie et à des fins thérapeuthiques. Elle a aussi servi d'appât dans la chasse aux gros prédateurs comme le lynx, le loup, le glouton par les trappeurs et les Amérindiens.

Nous naviguons vers la hutte de la famille castor et peu après 19H, un jeune castor né l'année dernière sort la tête de l'eau. Il nous repère mais vient casser la croûte à moins de 10 m du canot comme si de rien n'était. Nous ne verrons malheureusement pas d'adultes au cours de cette sortie. Seuls les jeunes se montreront.

*Le mot bièvre a connu dans les années 1980 une petite notoriété. Il existe en effet à Paris une rue de Bièvre où habitait François Mitterrand.

Castor européen (Vallée de la Meuse)

Le castor européen est le plus gros rongeur d'Europe. Il pèse une vingtaine de kilos (exceptionnellement 30 kg) et ne doit pas être confondu avec le ragondin ou le rat musqué.

Si le premier est strictement protégé, les deux derniers sont classés nuisibles pour les dégâts occasionnés aux berges. Le castor européen bénéficie d'un programme de protection et de suivi de l'ONCFS et de l'INRA. Vous aurez accès à des études de ces deux instituts sur le castor européen en cliquant sur les liens.

Comment donc expliquer la réapparition du castor européen alors qu'il avait pratiquement disparu du vieux continent? Il faut revenir à la fin du siècle dernier, en 1999-2000.

Un naturaliste belge, Olivier Rubbers, aurait organisé une réintroduction illégale (non autorisée par les pouvoirs publics et désapprouvée par certaines associations) de 101 castors européens capturés en Allemagne. Ces castors sont de souche française. En effet, les seuls castors européens ayant survécu à la chasse sont ceux du delta du Rhône. Il avaient été préservés en raison des difficultés d'accès naturelles du terrain. Certains de ces castors avaient été prélevés pour y être introduits en Allemagne. C'est donc un retour à l'envoyeur qui s'est opéré. Ces castors sont bien de souche européenne.

Cette centaine de castors européens a été lâchée sur des cours d'eau en Belgique (aux frontières française et néerlandaise) et probablement en France-même vu la rapidité de la colonisation qui a suivi.

J'ai même eu écho d'un projet de lâcher avorté qui devait avoir lieu sur le Viroin (affluent de la Meuse dans les Ardennes françaises).

Aujourd'hui, on retrouve le castor à Charleville-Mézières et dans le nord de l'Aisne.

Castor européen (Vallée de la Meuse)

Nullement impressionné, le castor a nagé tranquillement en passant tout près du canot pour venir nous sentir. Vous pouvez voir de longs poils dépasser de sa tête. Ils sont appelés vibrisses. Ils lui servent à détecter les changements de débit sur les cours d'eau. Le castor construit une hutte (qui peut atteindre 3m de hauteur) dont l'entrée doit rester immergée. Il se préserve aussi une hauteur minimale de 60 cm d'eau pour se déplacer dans la rivière.

Le castor européen est pourtant beaucoup moins bâtisseur que son cousin américain connu pour ses gigantesques barrages. Sur la Meuse, point de barrage. Sur les cours d'eau secondaires en revanche, les barrages sont assez nombreux.

Pourquoi cette différence ?

Le castor américain subit un hiver plus long et plus rigoureux. Il a donc un accès aux herbacées beaucoup plus limité dans le temps. Il doit donc se rabattre sur les écorces des arbres pour se nourrir. De plus, les longues et fortes périodes de gel l'obligent à maintenir une hauteur en eau plus importante. Il lui faut donc des zones humides bien noyées qu'il obtient en construisant des barrages (et donc en abattant des arbres). La rigueur du climat nord-américain et la présence de nombreux prédateurs absents d'Europe (loups, ours, lynx, etc) expliquent sans doute que le castor américain soit beaucoup plus plus prolifique que le castor européen (4 à 6 petits en moyenne pour l'américain contre 2 pour l'européen).

Castor européen (Vallée de la Meuse)

Le castor européen est essentiellement nocturne. En ce mois d'août, les castors sortent néanmoins de leur hutte un peu après 19H Nous pouvons donc profiter de la lumière de fin de journée.

Le territoire du castor européen s'étend sur 3 km de rivage. Il peut être ramené à 2 km sur la Meuse en raison de l'augmentation de sa population. En effet, il cherche des territoires propices à son installation et raccourcit son territoire si besoin. Il commence à coloniser la Semois en Belgique dont les fonds plus rocailleux lui conviennent moins.

Le castor européen n'aime guère s'éloigner de plus de 30 m du rivage car il y est beaucoup plus vulnérable que dans l'eau. Les prédateurs peuvent l'entendre ronger l'écorce des troncs et il a besoin de regagner rapidement l'élément liquide. Pour se nourrir, il affectionne donc les arbres qui se trouve à proximité du cours d'eau. Il apprécie plus spécialement dans les Ardennes les saules, les peupliers tremble, puis en second choix les bouleaux, noisetiers et aulnes. Occasionnellement, il se nourrit de chêne mais c'est un arbre qu'on retrouve peu en bord de Meuse (mais plus près de petits cours d'eau).

Il apprécie aussi beaucoup la reine des prés, une spirée (plante herbacée dont les fruits sont en spirale) qui contient comme le saule de l'acide salicylique. Cet acide a des vertus analgésiques et antiseptiques. La reine des prés permet de synthétiser l'aspirine. Voilà donc un animal qui n'aura pas souvent mal au crâne!

Castor européen (Vallée de la Meuse)

La réintroduction du castor a été repoussée en raison des désagréments occasionnés pour les propriétaires privés de berges. En effet, il est assez désagréable de retrouver son chêne ou son fruitier grignoté et abattu et enfin emporté à la hutte un petit matin.Il existe des procédés pour protéger les arbres avec du grillage mais il faut reconnaître que ce n'est pas très esthétique.

Pourtant, le castor a une fonction importante dans la gestion des cours d'eau et des crues.

En coupant les arbres en bord des rives, il permet l'entretien des berges. En effet, il coupe les arbres à hauteur de castor en préservant le système racinaire. Ceci permet de garder la terre et de maintenir la berge (contrairement au ragondin qui détruit les berges en y creusant son terrier). Depuis la disparition du castor, on a pu s'apercevoir que la berge souvent non entretenue (celle opposée au chemin de halage) subissait de gros dommage lors des crues : déracinement avec perte de la terre et de la berge, troncs dérivant sur la Meuse, et donc apport de matière réduisant la hauteur d'eau du fleuve.

Lorsqu'un castor prélève un arbre en bord de rive, il s'agit souvent d'un saule ou d'un aulne qui rejette et repousse en buisson, ce qui permet à l'arbre de continuer à vivre et sauvegarde la berge. Quelques années plus tard, quand il aura repoussé, le castor reviendra lui rendre visite à coup d'incisives.

Castor européen (Vallée de la Meuse)

La famille du castor européen est formée de deux adultes, de deux jeunes nés à la mi-mai et des deux jeunes nés l'année passée. Quand ces deux derniers auront presque deux ans en mars, ils partiront d'eux-mêmes ou bien seront chassés par leurs parents pour chercher leur propre territoire.

Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)

Le castor européen est le "frère" du castor américain. En fait ils se ressemblent beaucoup et ne peuvent être différenciés que par des analyses génétiques.

Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)

Les jeunes castors sont souvent venus nous approcher, parfois à moins d'un mètre du canot, l’œil toujours rivé sur nous.

Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)

L'antre du castor. Sa hutte se situe non loin de là mais l'amoncellement de branches était tellement dans l'ombre et caché derrière les buissons que je n'ai pu le photographier.

Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)
Castor européen (Vallée de la Meuse)

Un grand merci à JP qui a ramé comme un damné pour que je puisse faire ces photos et qui m'a donné toutes les informations sur ce sympathique rongeur.

Castor européen (Vallée de la Meuse)

Pour finir la queue du père castor. La berge était tellement envahie de végétaux que je n'ai pas pu le photographier en entier.

Voir les commentaires

Mouflons (Grésivaudan)

19 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #mouflons, #photos d'animaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Mouflons (Grésivaudan)

Les mouflons de Corse ont été introduits dans de nombreux territoires pour des raisons cynégétiques. On en trouve donc dans les Alpes depuis 1949 et même jusque dans les dunes du Marquenterre dans la Somme depuis 1980.

J'avais pu remarquer une pâture récemment fauchée où un troupeau venait se repaître des jeunes pousses. J'installe mon affût dans l'après-midi et vers 21h00, les mouflons sortent de la forêt. Le seul mâle adulte du groupe plante son regard dans ma direction et tente de détecter une odeur mais je suis à bon vent.

Mouflons (Grésivaudan)

Même s'ils ont une distance de fuite assez réduite, les mouflons sont sans arrêt sur le qui-vive. Je les ai souvent approchés à découvert. Ils me regardaient et ne bougeaient pas à moins d'une centaine de mètres.

Mouflons (Grésivaudan)

Un jeune mâle en premier plan.

Mouflons (Grésivaudan)

J'ai pu compter jusqu'à plus de cinquante individus dans ce troupeau.

Mouflons (Grésivaudan)

Jeune mouflon.

Mouflons (Grésivaudan)

Femelle de mouflon.

Mouflons (Grésivaudan)

Jeune mâle en goguette.

Mouflons (Grésivaudan)
Mouflons (Grésivaudan)

C'est grâce à mon affût que j'ai pu faire des photographies rapprochées. J'ai essayé à l'approche mais je m'y suis cassé les dents.

Mouflons (Grésivaudan)

Le groupe, après avoir bien brouté, s'en est allé.

Mouflons (Grésivaudan)

J'ai alors replié mon affût. J'étais alors complètement visible et un groupe de 4 mouflons est resté à une trentaine de mètres de moi sans broncher puis, le gros mâle est revenu de derrière le versant de la colline pour m'observer pendant une bonne minute avant de tourner les talons.

Mouflons (Grésivaudan)

L'écrin de cette rencontre, tout près de la vallée du Grésivaudan qui donne sur le massif de la Chartreuse.

Mouflons (Grésivaudan)

Cet été 2014 aura été l'un des plus pluvieux depuis 1960 en Isère et en Savoie.

Mouflons (Grésivaudan)

Soleil couchant sur la Chartreuse.

Mouflons (Grésivaudan)

Les nuages m'auront permis quand même de faire, entre les gouttes, quelques photos d'ambiance!

Mouflons (Grésivaudan)

Bye.

Voir les commentaires

Sangliers (Côte picarde)

19 Juin 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #sangliers, #défense, #côte picarde, #photos d'animaux, #intimidation, #Somme, #Picardie

Sangliers (Côte picarde)

Tout vient à point à qui sait attendre. En l'occurrence, j'ai fait plusieurs affûts aux sangliers sans jamais rien voir. Mais bon, je dois dire que sur ce coup-là, j'ai eu du bol.

Partis avec un ami d'habitude malchanceux, nous effectuons une marche d'approche sur la côte picarde. L'ami a repéré un agrainoir où les sangliers viennent régulièrement se nourrir. Nous nous installons contre des bosquets au ras des graminées. Les moustiques nous attaquent par vagues ininterrompues et je suis sujet au rhume des foins! Dur, dur pour passer inaperçu. Mais à 19H30, un mâle solitaire s'avance suivi de 3 autres mâles solitaires plus jeunes. Nous sommes à 20 m d'eux au plus près. Obnubilés par la concurrence, les mâles sont moins méfiants et adoptent des attitudes d'intimidation, plus particulièrement le gros mâle, superbe.

On voit bien la hure (tête) du sanglier surmonté d'une crête. C'est pour cette raison que les Français qui ont colonisé la Canada ont appelé Hurons une célèbre tribu amérindienne en raison de leur coiffure ressemblant à celle du sanglier. Et je crois savoir que ce n'était pas très flatteur pour ces Indiens. Les Hurons et Iroquois étaient pourtant parmi les tribus au système politique parmi les plus développés. Leur organisation politique a d'ailleurs largement inspiré la constitution américaine.

Sangliers (Côte picarde)

Et quelles défenses pur cet autre gros mâle! Là, j'oublie les moustiques,mon nez qui coule comme les chutes du Niagara et mes yeux qui piquent. Que du bonheur! Je ne suis pas tout-à-fait conscient de la chance d'assister à une séance photo hors du commun. C'est en voyant mon pote (d'ordinaire si poissard) se tortiller comme un ver que je comprends l'instant exceptionnel.

Sangliers (Côte picarde)

Au déclenchement (pourtant au silencieux), le sanglier relève la tête dans notre direction mais ne bronche pas.

Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)

Par moment, à l'occasion d'un bruit ou d'une odeur que nous ne percevons pas, le sanglier se dresse, s'assure que tout va bien et reprend sa quête de nourriture.

Heureusement, nous sommes à bon vent, ce qui cache notre odeur (surtout celle de mon pote) et le bruit du déclenchement.

Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)

Grouïk!*

*J'aime bien ce genre de commentaire très naturaliste.

Sangliers (Côte picarde)

Toute la puissance dégagée par ce gros mâle.

Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)

Un des sangliers plus jeunes. Sa mue est moins avancée que celle du gros mâle. On dirait un sanglier laineux des âges farouches!

Sangliers (Côte picarde)

Un mâle fonce sur un autre sanglier de son âge (probablement 2 à 3 ans) pour lui montrer qui est le plus fort nom de diou!

Sangliers (Côte picarde)

Il ne s'agit que d'intimidation car nous n'avons pu observer aucune morsure. Les sangliers plus jeunes fuient de quelques mètres, puis reviennent au bout de 30 secondes. Cela suffit à contenter le gros mâle dans son statut de commandeur. Je suis même trop proche de l'action. Avec ma focale fixe, je n'arrive pas à faire rentrer entièrement les deux protagonistes dans le cadre.

Sangliers (Côte picarde)

Le vieux mâle montre les crocs, ou plutôt les défenses. Respect!

Sangliers (Côte picarde)

Alors, c'est qui qui n'a les plus grosses, hum?

Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)

Franchement, on a vraiment du bol (et lui aussi) que ce sanglier ait passé tous ces hivers sans finir la tête au mur dans une salle à manger.

Sangliers (Côte picarde)

On dirait un phacochère!

Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)

Les heures passent. Il est bientôt 22H et nous profitons toujours du spectacle. A un moment, un agrainoir se déclenche non loin de là. Réflexe de Pavloff : les jeunes sangliers filent vers l'endroit alors qu'ils ont à manger sur place! D'aucuns diraient que c'est de l'élevage...

Sangliers (Côte picarde)
Sangliers (Côte picarde)

Dernière poursuite avant disparition. Le jeune est en ballotage défavorable (comprenne qui pourra!)

Sangliers (Côte picarde)

Nous attendons que les sangliers soient partis pour lever le camp. Je n'avais pas pris de siège pour ne pas m'encombrer. Bien mal m'en a pris : rester accroupi est devenu au fil des heures un véritable supplice. Mes jambes n'étaient plus irriguées et je devais sans cesse changer de position tellement la douleur devenait insupportable. J'ai d'ailleurs loupé des photos car je ne tenais plus en place. C'est incroyable que les sangliers n'aient pas détecté mes mouvements même si nous étions bien camouflés. Nous repartons le cœur léger (surtout mon pote pour qui c'est la fin de la guigne). Il saute de joie comme un mouflon!

Voir les commentaires

Renarde (Marquenterre)

18 Juin 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #renarde, #photos d'animaux, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Renarde (Marquenterre)

Je vois tout d'un coup la chouette chevêche baisser les yeux. Machinalement, je suis son regard avec l'objectif et là, c'est l'extase! Une renarde passe au trot dans la pâture sans nullement inquiéter la chevêche. Malheureusement, comme pour les vaches, je n'ai que ma longue focale et je ne peux faire de photos d'ensemble avec la chevêche.

On voit bien les mamelles de la renarde. Elle a beaucoup de jeunes à nourrir et doit chasser plus que de coutume. Fermier, protège bien tes poules!

Renarde (Marquenterre)

Je photographie au silencieux et bien sûr, la renarde m'entend et se met en position d'arrêt. Elle ne sait pas trop ce qu'est ce bruit sortant de l'affût. Elle ne semble pas être apeurée mais plutôt intriguée. Je suis tout excité dans mon affût car cette rencontre tout-à-fait inattendue m'excite terriblement. Je l'attendais depuis des années. Je pense aussi à un grand gaillard qui va être vert de jalousie! (il se reconnaîtra).Oubliés le coucou et le pic vert pour l'instant! Benoîtement, je lui conseille d'essayer un affût renard pendant un ouikend pascal, ça lui portera peut-être chance!

Les renards sont particulièrement pourchassés en Picardie. On n'en voit que très rarement de jour. Après un voyage l'an passé dans le Jura, j'ai pu constater qu'ils étaient beaucoup moins méfiants vis-à-vis de l'homme. Peut-être les mentalités sont-elles là-bas différentes à l'encontre du goupil ? Si le renard est opportuniste et fait des dégâts dans les poulaillers, il est d'une aide précieuse pour les agriculteurs car il tue des milliers de rongeurs chaque année comme les chouettes effraies.

Renarde (Marquenterre)

A chaque déclenchement, la renarde reprend un trot au ras des pâquerettes tout en gardant un œil sur moi. On ne sait jamais... Si un fusil sortait de l'ouverture...

Renarde (Marquenterre)

Comme aucun projectile ne sort, elle s'arrête à nouveau et me fixe. Que diable y a-t-il là-dedans?

Renarde (Marquenterre)

Bye, miss renarde.

Voir les commentaires

Chevreuils (Thiérache axonaise)

14 Juin 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #chevreuil, #brocard, #chevrette, #photos d'animaux, #Thiérache axonaise, #Aisne, #Picardie

Chevreuils (Thiérache axonaise)

Il arrive souvent en photo animalière que l'on aperçoive autre chose que ce pourquoi on était venu. Très frustré après mon affût à la chevêche, je reprends la voiture en prenant soin de garder l'appareil à portée de main. Il est presque 22h et c'est l'heure où les animaux sortent. Il y a 3 ans, j'avais manqué dans une prairie fleurie un magnifique brocard qui était resté en arrêt devant ma voiture. Nous nous étions regardé dans le blanc des yeux pendant 30 secondes avant qu'il ne parte nonchalamment et pendant que je me demandais pourquoi je n'avais pas pris mon appareil photo. Trois ans après, même prairie, même date, même chevreuil mais j'ai mon appareil photo! Je vois les bois du brocard dépasser des graminées. Je baisse ma vitre, il me fixe. J'ai très peu de lumière et je me dis que j'aurais dû quitter l'affût à la chevêche 15 mn plus tôt. Mais avec des si, on pourrait refaire toutes les photos. Le cliché manque un poil de netteté mais je suis super content de cette rencontre...

Chevreuils (Thiérache axonaise)

...d'autant qu'une chevrette l'accompagne.

Chevreuils (Thiérache axonaise)

Puis le brocard aboie à 3 reprises et s'éloigne de quelques dizaines de mètres.

Bonne nuit.

Voir les commentaires

Renardeaux (Ardennes)

12 Juin 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #renardeaux, #terrier, #photos d'animaux, #Ardennes, #Vallée de la Meuse

Renardeaux (Ardennes)

Deux semaines après ma première visite, me revoilà devant le terrier de renards. Les renardeaux ont grandi. Ils sortent peu par temps froid et pluvieux comme c'est le cas ce jour-là mais j'ai un peu de chance.

Renardeaux (Ardennes)

Les renouées du Japon ont fort grandi et il a fallu que j'en coupe pour avoir une chance de faire une photo.

Renardeaux (Ardennes)
Renardeaux (Ardennes)

Ce renardeau est intrigué par le déclenchement de l'appareil pourtant sur silencieux. Je ne suis qu'à une vingtaine de mètres sans filet de camouflage. Faire des photos des adultes dans ces conditions est quasi impossible.

Renardeaux (Ardennes)
Renardeaux (Ardennes)

Bâillement et toutes ses dents.

Renardeaux (Ardennes)

Un renardeau peut en cacher un autre.

Renardeaux (Ardennes)
Renardeaux (Ardennes)
Renardeaux (Ardennes)

Bye.

Voir les commentaires