Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Articles avec #gresivaudan tag

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

24 Juillet 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #hirondelles rustiques, #photos d'oiseaux, #nid d'hirondelles, #hirondelles rustique sjuvéniles, #Belledonne, #Grésivaudan, #Isère

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les hirondelles pour moi ne font pas le printemps mais plutôt l'été. Elles annoncent le début des vacances. Souvenir d'enfance dans la ferme ancestrale en Lorraine.

Comme la chouette effraie, l'hirondelle est intimement liée à l'homme de par son habitat. Ces deux espèces d'oiseaux occupent un place spéciale dans mon cœur et dans mes souvenirs. Je les retrouve toujours avec émotion.

Je retourne dans une grange à l'ancienne à la frontière entre Isère et Savoie dans le massif de Belledonne, près de la vallée du Grésivaudan. Les hirondelles rustiques avaient disparu de la ferme pendant quelques années en raison de la baisse des effectifs de l’élevage et peut-être de la mise sous terre de fils téléphoniques.

Mais depuis deux ans, elles sont revenues, en moindre nombre, mais bien là.

En 2014, une première couvée avait donné naissance à 3 jeunes dont un avait péri sous les crocs du chat. Une deuxième couvée a eu lieu mais les 4 poussins ont été retrouvés morts, gisant à terre, par la propriétaire des lieux.

J'arrive en 2015 à la même période et la situation est très différente. L'an passé, les jeunes étaient déjà volants. Cette année, ce sont de jeunes poussins que je trouve. Nous sommes à 500 m d'altitude. Les hirondelles sont arrivées fin avril et apparemment, le printemps a été pluvieux et maussade. Cela pourrait expliquer ce retard dans la couvée.

Cette photo a été prise un ou deux jours avant l'envol des jeunes. Les adultes ont apporté comme proies un grand nombre d'abeilles.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

D'un point de vue photographique, j'ai dû faire des prises de vues au flash, ce qui n'a pas été une mince affaire, je dois l'avouer. Le nid est sous abri avec suffisamment de lumière pour des clichés d'oiseaux immobiles mais avec peu de profondeur de champ (il y a 5 poussins !) mais pas assez évidemment pour figer l'arrivée d'un adulte lors du nourrissage.

La prise de vue a été assez acrobatique. Pour être à hauteur du nid, je suis à moitié sur un escabeau et un clapier. L'objectif utilisé, un 70-200 mm est posé sur une poutre en hauteur. Il y a juste la place pour le poser entre la poutre et le plafond fait de planches de bois.

J'ai deux flashes et un transmetteur à infra-rouge fixé sur le boîtier pour les commander.

Je dois dire que je ne suis pas très satisfait de ce mode de transmission boîtier-flash. De par la configuration des lieux, je n'ai pas pu fixer mes deux flashes à 45° par rapport au nid et je devais de toute façon éclairer l'arrière-plan (le mur). J'ai pu me rendre compte que la transmission est très aléatoire. Si les flashes ne sont pas exactement dans l'axe de la cellule infra-rouge, ils ne se déclenchent pas (même si je suis à moins d'un mètre !).

De plus, le transmetteur marche normalement uniquement en TTL. J'ai pu me rendre compte aussi que c'était loin d'être l'idéal. J'ai dû mettre mes flashes en manuel au 1/4 de la puissance (je vous expliquerai pourquoi après).

Bref, j'ai bien galéré et les photos ci-dessus sont les meilleures que j'ai pu réaliser en éclairage artificiel.

Un grand merci à Cyril pour ses précieux conseils (que je n'écoute pas toujours! Satané transmetteur ET-2 !).

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les poussins sont dans un ancien nid. Les adultes n'ont pas couvé dans le même nid que l'an passé. Les jeunes hirondelles ont encore du duvet. Je vais pouvoir les voir grandir.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Mes premiers essais au flash ne sont pas très concluants. J'aime bien la dynamique de la photo (d'autant qu'on voit les 5 jeunes) mais on peut voir l'ombre portée de l'hirondelle adulte sur le mur (je n'arrivais pas à éclairer l'arrière-plan).

Une chance : les hirondelles sont très compréhensives avec moi comme l'an passé. Vu comment je suis placé, je ne peux voir les adultes arriver. Heureusement, les jeunes me sont d'un grand secours. Dès qu'ils aperçoivent les parents, ils crient à toute force, étirent leur cou et ouvrent le bec (enfin, ceci dure une seconde !). Il faut donc être prêt à déclencher. Les premiers nés, les plus forts, sont le plus souvent devant. Ce sont eux qui se font nourrir le plus souvent. Les autres n'ont qu'à attendre qu'ils soient rassasiés.

Les adultes sont aussi sympathiques et tolèrent ma présence sans problème. Je suis à moins de deux mètres du nid et les nourrissages sont très fréquents.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Nous sommes en pleine période de canicule. Poussins comme adultes ont l'air fortement affectés par la chaleur et la soif. Les jeunes restent prostrés, bec ouvert. Les adultes se font des pauses pendant de longues minutes dans la même position.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Le ballet reprend ses droits.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les nourrissages sont intensifs en matinée et en fin de journée. En revanche, ils sont plus espacés vers midi et et en milieu d'après-midi. Les adultes espacent leurs allées et venues ou bien se reposent près du nid.

On peut voir à droite le mâle, plus coloré que la femelle. Les adultes gardaient systématiquement la même place pour venir se reposer.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)
Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les jeunes les plus avancés testent déjà leurs ailes.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Jeune, bec ouvert, qui étouffe sous la chaleur caniculaire de juillet.

On peut voir les matériaux de construction du nid : paille et boue séchée, du torchis cher à ma lointaine Picardie en quelque sorte.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Le gavage est toujours impressionnant : l'adulte rentre une bonne partie de sa tête dans le bec du jeune.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les splendides couleurs de l'adulte en lumière naturelle.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Quand le flash se déclenche, les jeunes, d'instinct, ouvrent le bec. Ils le font dans ma direction car je n'ai pas trouvé d'autre endroit pour fixer mon flash qu'en position frontale.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Un des nombreux félins du hameau qui attendent le premier envol mal assuré d'un jeune de l'année...

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Dès qu'un chat pointe le bout du nez, les adultes alertent en criant et fondent en piqué sur lui jusqu'à ce qu'il déguerpisse. Ils l'évitent au dernier moment et visiblement, les chats s'en vont de guerre lasse. Ils savent que leur patience les récompensera souvent...

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Il y a crise du logement ! Mais comment 5 jeunes dodus font-ils pour rentrer dans le nid ?

Même volants, au moins 4 d'entre eux revenaient dans le nid de leur naissance pour passer la nuit.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Une image que je n'ai pas vue souvent : les deux parents en même temps au nid. La plupart du temps, la femelle était en chasse et le mâle restait de longues minutes à côté des jeunes pour surveiller les allées et venues du chat.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Quand est-ce qu'on mange ?

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

On voit bien comment les adultes se servent de leur rectrices (plumes de la queue) pour garder l'équilibre et s'accrocher au nid pendant le nourrissage.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)
Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Voilà pourquoi mes tests en flash TTL n'ont pas été concluants. Le TTL permet une prise de vue automatique au flash où la puissance (en fait la durée de l'éclair) est gérée par l'appareil.

La plupart de mes prises de vue en TTL ont généré un éclair trop long pour la vitesse d'arrivée des hirondelles. Résultat : je n'arrivais pas à figer le mouvement. On le voit bien sur la photo ci-dessus.

Pour pallier ce désagrément, il m'a fallu passer en flash manuel, à savoir réduire la puissance (la durée de l'éclair). J'ai réduit la puissance à 1/4 ce qui m'a permis d'arriver à l'effet souhaité (d'autant que j'étais très proche de l'action).

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Une opération assez régulière : les parents nourrissent et attendent qu'un jeune défèque. Ils saisissent la fiente au vol et repartent avec. Je ne connais pas la raison de ce comportement. J'ai déjà pu voir ceci chez les pics noirs. Ces derniers retirent systématiquement toute trace de leurs jeunes pour éviter la présence de prédateurs. Chez les hirondelles, il y a quand même une bonne dose de fientes sous le nid. C'est malheureusement une des raisons principales pour lesquelles des nids sont détruits par les hommes (ce qui est illégal rappelons-le).

Moi qui rêve d'un nid d'hirondelles dans mon atelier. J'y ai même installé des nichoirs artificiels mais rien ne vient. Je ne vais pas dire que je rêverais de fientes d'hirondelles mais presque !

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Essai de flash avec éclairage d'une toile d'araignée en arrière-plan. C'est tout un art la photo au flash ! Cyril, tu me donneras des cours ?

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)
Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les jeunes étant presque en âge de voler, ils ne tiennent plus que par miracle dans le nid.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

J'ai cru à plusieurs reprises que je verrais un des jeunes tomber. En fait, ils s'accrochaient sur le rebord du nid et battaient des ailes à vive allure, presque à la renverse. Un des parents accourait généralement assez vite pour l'assister et l'encourager.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Alors là, je dois dire que je suis content : voici le premier envol d'un des jeunes. Ce jour-là, 3 des 5 jeunes se sont envolés. Les deux derniers ont attendu le lendemain. Le jeune s'était accroché comme d'habitude sur le rebord du nid, dos au vide et s'est laissé (volontairement ?) tomber. Un vrai salto arrière tel un homme-grenouille plongeant dans la grande bleue !

J'ai vite regardé au sol : rien. Je regarde sur le côté et me voilà rassuré et épaté : il est posé avec un adulte sur un fil téléphonique 5 m plus loin ! Incroyable ! Rien à voir avec les pauvres rougequeue noirs qui mettent plusieurs jours avant de s'élever dans les airs. Les 3 jeunes hirondelles entament des ballets aériens instantanément avec les adultes !

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Ils reviennent parfois quelques minutes se poser dans la grange, quémandent à manger mais s'envolent bien vite car les parents refusent de les y nourrir. Seuls les 2 jeunes restés au nid ont encore le droit à ce régime de faveur.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Jeune hirondelle rustique découvrant tous les perchoirs extérieurs de la grange.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Belle brochette d'hirondelles (un adulte à gauche et trois jeunes à droite). Après avoir passé la nuit dans le nid de leur enfance, les hirondelles décollent au lever du jour. Elles ont fort à faire : apprendre tous les rudiments du vol et de la chasse avant le départ pour la migration. Toute la famille se retrouve parfois perchée. Je n'ai pas fait la photo (car trop lointaine) mais les 2 adultes et les 5 jeunes étaient ensemble un matin sur une antenne de télévision.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Une heure trente avant le coucher du soleil, tout ce petit monde revient à la grange. Le mâle est toujours présent avec les jeunes. Il dort chaque soir sur un petit clou près du nid.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

On peut voir la famille au complet : les jeunes au nid, le mâle sur le clou et la femelle sur le bâton.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Bye,bonne migration et j'espère à l'an prochain.

Voir les commentaires

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

23 Juillet 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #rougequeue noir, #photos d'oiseaux, #Belledonne, #Grésivaudan, #isère

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

Un couple de rougequeue noirs a donné naissance à 3 poussins dans une vieille grange des contreforts du massif de Belledonne (Isère).

L'an passé, bon nombre de jeunes avaient été croqués par le chat. Cette année, j'ai placé des planches au niveau des portes de la grange pour éviter que le chat ne rentre et que les poussins n'en sortent. Les jeunes rougequeue noirs vivent en effet la période la plus dangereuse de leur vie. Ils sont sortis du nid mais mettront plusieurs jours à voler. Ils sont au sol, planqués dans du foin. Ils volètent un peu et arrivent à se percher sur une charrette à foin.

Deux jours après leur sortie du nid, ils sont arrivés à quitter la grange. Je me fais du souci pour eux. Ils quémandent sans cesse et sont très bruyants. L'un d'entre eux est caché sous un clapier et l'autre derrière un tonneau et le chat rôde.

Les parents apportent le ravitaillement, en très grande majorité des chenilles et des insectes. Curiosité : c'est la première fois que je vois un adulte apporter... une framboise !

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

La femelle reste dans le menu traditionnel (chenille).

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)
Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

Les parents sont sur la défensive. Leurs jeunes sont à la merci de nombreux prédateurs.

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

Le chat de la ferme, dénommé Pompon, a une longue expérience en la matière. Il sait qu'il n'a qu'à attendre son heure. Il guette les nids et épie les jeunes qui piaillent. Il a l'air veule en apparence mais il trompe son monde. En moins de deux, il a ramené deux des trois jeunes rougequeue noirs à la maison...

Dur, dur pour ces petits migrateurs de voir quasi toute sa nichée croquée par le chat chaque année.

Il faut dire que les animaux domestiques et particulièrement les chats sont des prédateurs impitoyables des passereaux. Chaque année dans le monde, des millions d'oiseaux périssent ainsi sous les crocs et griffes de félins pourtant généreusement nourris par l'homme. Ah, l'instinct de chasse...

Voir les commentaires

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

25 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #hirondelles rustiques juvéniles, #photos d'oiseaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Le couple d'hirondelles avait donné naissance à 4 jeunes dont un a été retrouvé par la propriétaire des lieux dans la gueule du chat. Après que la propriétaire a secoué le chat, celui-ci a lâché sa prise, toujours vivante. La propriétaire a replacé le jeune dans le nid mais il ne semble pas avoir survécu.

J'ai pu approcher de très près, jusqu'à pouvoir toucher quasiment les jeunes hirondelles. Peut-être était-ce dû au mauvais temps et à la pluie qui est tombé sans discontinuer pendant plus d'une semaine et qui a restreint les velléités d'envol des jeunes hirondelles ?

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Jeunes hirondelles affamées qui, dès qu'elles aperçoivent un adulte, ouvrent le gosier et laissent apercevoir une large gorge jaune et rouge qui serait un stimulus de nourrissage irrésistible pour les parents.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Sous le nid de leur naissance.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Parfois, les jeunes hirondelles, pourtant volantes, reprenaient le chemin de leur nid pendant les journées pluvieuses ou bien en soirée pour y dormir.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Dans le charme suranné d'une ferme de montagne d'antan.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Les hirondelles affectionnent particulièrement les fils en tout genre comme perchoirs.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Étirement d'aile.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Intriguées par le photographe. Je suis à moins d'un mètre !

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

C'est-y pas mignon ?

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Une blanche et une noire sur la portée.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Jamais rassasiées.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

Et voilà la raison de la destruction (interdite) de tant de nids d'hirondelles. Un petit désagrément qu'on peut éviter en plaçant un carton sous le nid pour avoir le plaisir d'observer 2 à 3 nichées et de contribuer au maintien de ce sympathique migrateur.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

En septembre, les hirondelles accompagnées de leurs jeunes vont se rassembler sur les fils téléphoniques pour la migration. Les jeunes ont encore un peu de temps pour s'entraîner à voler et à chasser.

Hirondelles rustiques juvéniles (Grésivaudan)

J'espère vous revoir l'an prochain.

Voir les commentaires

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

24 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #hirondelles rustiques, #photos d'oiseaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Les hirondelles rustiques (ou de cheminée) avaient disparu depuis 4 ans de cette ferme suite à la disparition de fils téléphoniques. Pour la plus grande joie des propriétaires (et la mienne), les hirondelles sont revenues nicher. Je crois avoir eu la chance de tomber sur des individus spécialement peu farouches. J'ai pu les approcher à moins de 2 m pour les adultes!

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Pour mon plus grand bonheur, les hirondelles ont choisi pour nicher une grange ouverte habillée de vieux outils. Un sacré décor!

Les hirondelles avaient pondu dans le nid sur la droite. Une fois volants, les jeunes se reposaient et attendaient la becquée en occupant d'anciens nids (un jeune est dans le nid de gauche).

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Des râteaux qui servent toujours à ramasser le foin.

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Bien que la grange soit ouverte sur l'extérieur, j'avais très peu de lumière et donc très peu de vitesse. Les photos sont prises à chaque fois à pleine ouverture à F/4 ou F2,8 selon l'objectif.

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Sur des vieux bâtons de ski.

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Pendant une des rares journées sans pluie, les parents sont venus nourrir leurs jeunes en extérieur.

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

On voit bien ici en ombre chinoise la différence de gabarit et de plumage entre un jeune (à gauche) et un adulte (à droite).

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Les jeunes ont regagné de temps en temps le nid. Ah, les Tanguy!

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Il est rare de voir une hirondelle posée sur un arbre.

Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)
Hirondelles rustiques (Grésivaudan)

Je n'avais pas de flash et je n'ai pu fixer des nourrissages ailes écartées. C'est bien dommage car les hirondelles étaient spécialement coopératives et acceptaient ma présence à moins de 2 m pendant les nourrissages.

Voir les commentaires

Faucon crécerelle (Grésivaudan)

23 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #faucon crécerelle, #photos d'oiseaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Faucon crécerelle (Grésivaudan)

Un couple de faucons crécerelles a élu domicile dans un château (pourtant habité) de la montagne. Les quatre jeunes sont volants et sont nourris dans les airs ou sur la toiture du château par les adultes, tout ceci avec force cris et ballets aériens.

Faucon crécerelle (Grésivaudan)

Le nid est situé sur une aile tranquille du château où les faucons ne sont pas dérangés. La muraille offre de multiples cavités pour la nidification. Celle qui a servi de nid est celle où les fientes sont les plus nombreuses.

Faucon crécerelle (Grésivaudan)
Voir les commentaires

Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)

22 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #rouge-queuenoir juvénile, #nourrissage, #photos d'oiseaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)

Les jeunes rouges-queues noirs sortis du nid sont voraces et vulnérables. Ils sautillent et volettent non loin du nid et sont à la merci des prédateurs à plumes et à poils. Ici, je me suis installé devant un mur de pierre sèche où j'avais aperçu des nourrissages.

Les jeunes ont disparu à mon arrivée mais une heure plus tard, tout ce petit monde était revenu.

Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)

J'ai pu repérer quatre jeunes mais je n'en ai eu que deux en même temps sur la photo. C'est grâce aux jeunes comme bien souvent qu'on repère les adultes. Les jeunes attendent leur pitance à découvert en piaillant incessamment.

Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)

Le muret en pierre sèche rappelle peut-être aux rouges-queues noirs leur origine montagnarde.

Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)
Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)
Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)
Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)
Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)

Le corps de ferme abandonné où les rouges-queues noirs ont nidifié.

Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)
Rouges-queues noirs juvéniles (Grésivaudan)

Bonne chance à toi.

Voir les commentaires

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

21 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #rougequeue noir femelle, #photos d'oiseaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

Femelle de rougequeue noir. Elle présente la même queue orange que le mâle.

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

A la recherche d'insectes cachés dans les anfractuosités du mur de cette vieille bâtisse agricole.

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

J'ai mis des piquets de clôture immédiatement adoptés comme perchoirs de chasse par les rouges-queues noirs.

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

Ils ont été vraiment coopératifs. Merci!

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

Queue déployée.

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)
Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)
Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

La femelle est plus terne que le mâle mais on la voit plus aisément. Si les parents nourrissent chacun leur nombreuse progéniture, j'ai l'impression que la femelle est plus active à cette tâche.

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

Bon là, je ne sais plus quoi marquer. Si je ne mets pas un texte sur les photos verticales, elles ne sont pas publiées. Toute la magie de la nouvelle version Overblog...

Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)
Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)
Rougequeue noir femelle (Grésivaudan)

J'ai l'impression que les jeunes femelles de la première couvée aident leur mère à nourrir les jeunes de la deuxième.

Voir les commentaires

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

20 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #rouge-queuenoir mâle, #photos d'oiseaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Un petit oiseau mais une grande joie pour moi d'avoir pu enfin le photographier. Le rouge-queue noir est un passereau commun. Il est très répandu mais j'ai toujours eu beaucoup de peine à le photographier. Dès son arrivée en février/mars, le mâle chante sans arrêt à tue-tête sur le faîte des toits. On le voit donc bien, on l'entend très bien, mais on est toujours encontre-plongée et il est souvent très haut. Son chant est très reconnaissable avec son bruit de verre pilé qui le ponctue.

La littérature (Le Guide ornitho, Wikipédia) indique qu'il est migrateur au nord de l'Europe et sédentaire en Europe occidentale. Personnellement, je n'en ai jamais vu en hiver et je les ai toujours vu revenir en fin d'hiver-début du printemps. Est-ce une erreur? Je n'oserais contredire des ouvrages d'ornithologues chevronnés mais je n'ai jamais observé sa sédentarité ni son hivernage dans nos régions de Picardie.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

D'origine montagnarde et cavernicole, il est très présent en montagne. Ici, nous sommes à 500 m d'altitude et on retrouve un couple tous les 50 m dans toutes les granges et fermes du hameau. Le rougequeue noir est présent jusqu'à 2500 m d'altitude.

Le rouge-queue noir confectionne un nid différent caque année ou bien reprend un nid d'hirondelle inoccupé. Il fait 2 à 3 pontes par an. Je suis arrivé quand les jeunes de la 2ème ponte ont pris leur envol. Les jeunes de la première ponte ont semble-t-il tous été croqués par le chat de la ferme... L'existence est rude pour ce petit passereau qui nourrit ses jeunes pour les voir finir étouffés dans la gueule du matou. En effet, les jeunes ne savent pas voler quand ils sortent du nid. Ils restent de nombreux jours à quémander leur nourriture en sautillant et sont à la merci des crocs des chiens,des chats et aussi des corvidés. Mais l'instinct de survie est plus fort. Pour sa deuxième couvée, le couple de rouges-queues noirs a choisi un endroit plus au calme à l'abri du regard des prédateurs.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Le rouge-queue noir mâle a un plumage qu'on peut reconnaître à sa queue plus orange que rouge, sa poitrine et son dos gris-noir et sa calotte grise.

On l'appelle aussi queue rousse ou rossignol des murailles.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)
Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Il chasse à l'affût sur un piquet et parfois, ayant repéré une proie, il fait souvent un petit vol en sur-place (à la manière du faucon crécerelle) à ras du sol pour plonger sur l'insecte ou la chenille. Malheureusement, je n'ai pas pu fixer correctement ce vol où sa queue se déploie joliment.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Le rougequeue noir utilise toutes sortes de perchoirs. J'avais repéré qu'il se postait de temps en temps sur ce glaïeul. J'ai juste eu le temps de faire la photo avant qu'une énième averse mette à bas la tige!

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Dans un vieux poirier.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)
Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

C'est un visiteur régulier des toitures.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Même les moins photogéniques!

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

En ce mois de juillet, le rougequeue noir mâle domine son territoire mais ne chante plus. Cependant, si un autre mâle vient sur son territoire, l'affrontement est immédiat.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

La même photo dans le contre-jour du petit matin.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Sur le grillage du potager, potager qui est une source intarissable d'insectes et chenilles en tout genre.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)
Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Nourrissage d'un jeune en plein vol.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)
Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Posté sur la fenêtre déglinguée de la vieille grange. Le nid est à l'intérieur.

Rougequeue noir mâle (Grésivaudan)

Bye.

Voir les commentaires

Mouflons (Grésivaudan)

19 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #mouflons, #photos d'animaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Mouflons (Grésivaudan)

Les mouflons de Corse ont été introduits dans de nombreux territoires pour des raisons cynégétiques. On en trouve donc dans les Alpes depuis 1949 et même jusque dans les dunes du Marquenterre dans la Somme depuis 1980.

J'avais pu remarquer une pâture récemment fauchée où un troupeau venait se repaître des jeunes pousses. J'installe mon affût dans l'après-midi et vers 21h00, les mouflons sortent de la forêt. Le seul mâle adulte du groupe plante son regard dans ma direction et tente de détecter une odeur mais je suis à bon vent.

Mouflons (Grésivaudan)

Même s'ils ont une distance de fuite assez réduite, les mouflons sont sans arrêt sur le qui-vive. Je les ai souvent approchés à découvert. Ils me regardaient et ne bougeaient pas à moins d'une centaine de mètres.

Mouflons (Grésivaudan)

Un jeune mâle en premier plan.

Mouflons (Grésivaudan)

J'ai pu compter jusqu'à plus de cinquante individus dans ce troupeau.

Mouflons (Grésivaudan)

Jeune mouflon.

Mouflons (Grésivaudan)

Femelle de mouflon.

Mouflons (Grésivaudan)

Jeune mâle en goguette.

Mouflons (Grésivaudan)
Mouflons (Grésivaudan)

C'est grâce à mon affût que j'ai pu faire des photographies rapprochées. J'ai essayé à l'approche mais je m'y suis cassé les dents.

Mouflons (Grésivaudan)

Le groupe, après avoir bien brouté, s'en est allé.

Mouflons (Grésivaudan)

J'ai alors replié mon affût. J'étais alors complètement visible et un groupe de 4 mouflons est resté à une trentaine de mètres de moi sans broncher puis, le gros mâle est revenu de derrière le versant de la colline pour m'observer pendant une bonne minute avant de tourner les talons.

Mouflons (Grésivaudan)

L'écrin de cette rencontre, tout près de la vallée du Grésivaudan qui donne sur le massif de la Chartreuse.

Mouflons (Grésivaudan)

Cet été 2014 aura été l'un des plus pluvieux depuis 1960 en Isère et en Savoie.

Mouflons (Grésivaudan)

Soleil couchant sur la Chartreuse.

Mouflons (Grésivaudan)

Les nuages m'auront permis quand même de faire, entre les gouttes, quelques photos d'ambiance!

Mouflons (Grésivaudan)

Bye.

Voir les commentaires

Grand corbeau (Grésivaudan)

18 Août 2014 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #grand corbeau, #photos d'oiseaux, #Grésivaudan, #Isère, #Alpes

Grand corbeau (Grésivaudan)

Une photo un peu lointaine d'une rencontre fugace avec un grand corbeau. Je marchais dans la montagne et au détour d'un chemin, je découvre sur un arbre perché (et frappé par la foudre) un grand corbeau.

"Eh, Monsieur du Corbeau,

Votre plumage est si beau

Que je le prendrais bien en photo."

Le grand corbeau pas si sot

S'envola aussitôt.

J'eus quand même le temps de déclencher tandis qu'il s'évaporait dans les nuages.

Le lendemain, deux grands corbeaux sont revenus tout près de cet arbre et se sont manifestés par leurs croassements caractéristiques mais je n'ai pu hélas les apercevoir. Une prochaine fois je l'espère.

Voir les commentaires