Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Articles avec #belledonne tag

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

24 Juillet 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #hirondelles rustiques, #photos d'oiseaux, #nid d'hirondelles, #hirondelles rustique sjuvéniles, #Belledonne, #Grésivaudan, #Isère

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les hirondelles pour moi ne font pas le printemps mais plutôt l'été. Elles annoncent le début des vacances. Souvenir d'enfance dans la ferme ancestrale en Lorraine.

Comme la chouette effraie, l'hirondelle est intimement liée à l'homme de par son habitat. Ces deux espèces d'oiseaux occupent un place spéciale dans mon cœur et dans mes souvenirs. Je les retrouve toujours avec émotion.

Je retourne dans une grange à l'ancienne à la frontière entre Isère et Savoie dans le massif de Belledonne, près de la vallée du Grésivaudan. Les hirondelles rustiques avaient disparu de la ferme pendant quelques années en raison de la baisse des effectifs de l’élevage et peut-être de la mise sous terre de fils téléphoniques.

Mais depuis deux ans, elles sont revenues, en moindre nombre, mais bien là.

En 2014, une première couvée avait donné naissance à 3 jeunes dont un avait péri sous les crocs du chat. Une deuxième couvée a eu lieu mais les 4 poussins ont été retrouvés morts, gisant à terre, par la propriétaire des lieux.

J'arrive en 2015 à la même période et la situation est très différente. L'an passé, les jeunes étaient déjà volants. Cette année, ce sont de jeunes poussins que je trouve. Nous sommes à 500 m d'altitude. Les hirondelles sont arrivées fin avril et apparemment, le printemps a été pluvieux et maussade. Cela pourrait expliquer ce retard dans la couvée.

Cette photo a été prise un ou deux jours avant l'envol des jeunes. Les adultes ont apporté comme proies un grand nombre d'abeilles.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

D'un point de vue photographique, j'ai dû faire des prises de vues au flash, ce qui n'a pas été une mince affaire, je dois l'avouer. Le nid est sous abri avec suffisamment de lumière pour des clichés d'oiseaux immobiles mais avec peu de profondeur de champ (il y a 5 poussins !) mais pas assez évidemment pour figer l'arrivée d'un adulte lors du nourrissage.

La prise de vue a été assez acrobatique. Pour être à hauteur du nid, je suis à moitié sur un escabeau et un clapier. L'objectif utilisé, un 70-200 mm est posé sur une poutre en hauteur. Il y a juste la place pour le poser entre la poutre et le plafond fait de planches de bois.

J'ai deux flashes et un transmetteur à infra-rouge fixé sur le boîtier pour les commander.

Je dois dire que je ne suis pas très satisfait de ce mode de transmission boîtier-flash. De par la configuration des lieux, je n'ai pas pu fixer mes deux flashes à 45° par rapport au nid et je devais de toute façon éclairer l'arrière-plan (le mur). J'ai pu me rendre compte que la transmission est très aléatoire. Si les flashes ne sont pas exactement dans l'axe de la cellule infra-rouge, ils ne se déclenchent pas (même si je suis à moins d'un mètre !).

De plus, le transmetteur marche normalement uniquement en TTL. J'ai pu me rendre compte aussi que c'était loin d'être l'idéal. J'ai dû mettre mes flashes en manuel au 1/4 de la puissance (je vous expliquerai pourquoi après).

Bref, j'ai bien galéré et les photos ci-dessus sont les meilleures que j'ai pu réaliser en éclairage artificiel.

Un grand merci à Cyril pour ses précieux conseils (que je n'écoute pas toujours! Satané transmetteur ET-2 !).

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les poussins sont dans un ancien nid. Les adultes n'ont pas couvé dans le même nid que l'an passé. Les jeunes hirondelles ont encore du duvet. Je vais pouvoir les voir grandir.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Mes premiers essais au flash ne sont pas très concluants. J'aime bien la dynamique de la photo (d'autant qu'on voit les 5 jeunes) mais on peut voir l'ombre portée de l'hirondelle adulte sur le mur (je n'arrivais pas à éclairer l'arrière-plan).

Une chance : les hirondelles sont très compréhensives avec moi comme l'an passé. Vu comment je suis placé, je ne peux voir les adultes arriver. Heureusement, les jeunes me sont d'un grand secours. Dès qu'ils aperçoivent les parents, ils crient à toute force, étirent leur cou et ouvrent le bec (enfin, ceci dure une seconde !). Il faut donc être prêt à déclencher. Les premiers nés, les plus forts, sont le plus souvent devant. Ce sont eux qui se font nourrir le plus souvent. Les autres n'ont qu'à attendre qu'ils soient rassasiés.

Les adultes sont aussi sympathiques et tolèrent ma présence sans problème. Je suis à moins de deux mètres du nid et les nourrissages sont très fréquents.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Nous sommes en pleine période de canicule. Poussins comme adultes ont l'air fortement affectés par la chaleur et la soif. Les jeunes restent prostrés, bec ouvert. Les adultes se font des pauses pendant de longues minutes dans la même position.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Le ballet reprend ses droits.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les nourrissages sont intensifs en matinée et en fin de journée. En revanche, ils sont plus espacés vers midi et et en milieu d'après-midi. Les adultes espacent leurs allées et venues ou bien se reposent près du nid.

On peut voir à droite le mâle, plus coloré que la femelle. Les adultes gardaient systématiquement la même place pour venir se reposer.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)
Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les jeunes les plus avancés testent déjà leurs ailes.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Jeune, bec ouvert, qui étouffe sous la chaleur caniculaire de juillet.

On peut voir les matériaux de construction du nid : paille et boue séchée, du torchis cher à ma lointaine Picardie en quelque sorte.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Le gavage est toujours impressionnant : l'adulte rentre une bonne partie de sa tête dans le bec du jeune.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les splendides couleurs de l'adulte en lumière naturelle.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Quand le flash se déclenche, les jeunes, d'instinct, ouvrent le bec. Ils le font dans ma direction car je n'ai pas trouvé d'autre endroit pour fixer mon flash qu'en position frontale.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Un des nombreux félins du hameau qui attendent le premier envol mal assuré d'un jeune de l'année...

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Dès qu'un chat pointe le bout du nez, les adultes alertent en criant et fondent en piqué sur lui jusqu'à ce qu'il déguerpisse. Ils l'évitent au dernier moment et visiblement, les chats s'en vont de guerre lasse. Ils savent que leur patience les récompensera souvent...

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Il y a crise du logement ! Mais comment 5 jeunes dodus font-ils pour rentrer dans le nid ?

Même volants, au moins 4 d'entre eux revenaient dans le nid de leur naissance pour passer la nuit.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Une image que je n'ai pas vue souvent : les deux parents en même temps au nid. La plupart du temps, la femelle était en chasse et le mâle restait de longues minutes à côté des jeunes pour surveiller les allées et venues du chat.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Quand est-ce qu'on mange ?

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

On voit bien comment les adultes se servent de leur rectrices (plumes de la queue) pour garder l'équilibre et s'accrocher au nid pendant le nourrissage.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)
Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Voilà pourquoi mes tests en flash TTL n'ont pas été concluants. Le TTL permet une prise de vue automatique au flash où la puissance (en fait la durée de l'éclair) est gérée par l'appareil.

La plupart de mes prises de vue en TTL ont généré un éclair trop long pour la vitesse d'arrivée des hirondelles. Résultat : je n'arrivais pas à figer le mouvement. On le voit bien sur la photo ci-dessus.

Pour pallier ce désagrément, il m'a fallu passer en flash manuel, à savoir réduire la puissance (la durée de l'éclair). J'ai réduit la puissance à 1/4 ce qui m'a permis d'arriver à l'effet souhaité (d'autant que j'étais très proche de l'action).

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Une opération assez régulière : les parents nourrissent et attendent qu'un jeune défèque. Ils saisissent la fiente au vol et repartent avec. Je ne connais pas la raison de ce comportement. J'ai déjà pu voir ceci chez les pics noirs. Ces derniers retirent systématiquement toute trace de leurs jeunes pour éviter la présence de prédateurs. Chez les hirondelles, il y a quand même une bonne dose de fientes sous le nid. C'est malheureusement une des raisons principales pour lesquelles des nids sont détruits par les hommes (ce qui est illégal rappelons-le).

Moi qui rêve d'un nid d'hirondelles dans mon atelier. J'y ai même installé des nichoirs artificiels mais rien ne vient. Je ne vais pas dire que je rêverais de fientes d'hirondelles mais presque !

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Essai de flash avec éclairage d'une toile d'araignée en arrière-plan. C'est tout un art la photo au flash ! Cyril, tu me donneras des cours ?

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)
Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Les jeunes étant presque en âge de voler, ils ne tiennent plus que par miracle dans le nid.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

J'ai cru à plusieurs reprises que je verrais un des jeunes tomber. En fait, ils s'accrochaient sur le rebord du nid et battaient des ailes à vive allure, presque à la renverse. Un des parents accourait généralement assez vite pour l'assister et l'encourager.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Alors là, je dois dire que je suis content : voici le premier envol d'un des jeunes. Ce jour-là, 3 des 5 jeunes se sont envolés. Les deux derniers ont attendu le lendemain. Le jeune s'était accroché comme d'habitude sur le rebord du nid, dos au vide et s'est laissé (volontairement ?) tomber. Un vrai salto arrière tel un homme-grenouille plongeant dans la grande bleue !

J'ai vite regardé au sol : rien. Je regarde sur le côté et me voilà rassuré et épaté : il est posé avec un adulte sur un fil téléphonique 5 m plus loin ! Incroyable ! Rien à voir avec les pauvres rougequeue noirs qui mettent plusieurs jours avant de s'élever dans les airs. Les 3 jeunes hirondelles entament des ballets aériens instantanément avec les adultes !

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Ils reviennent parfois quelques minutes se poser dans la grange, quémandent à manger mais s'envolent bien vite car les parents refusent de les y nourrir. Seuls les 2 jeunes restés au nid ont encore le droit à ce régime de faveur.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Jeune hirondelle rustique découvrant tous les perchoirs extérieurs de la grange.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Belle brochette d'hirondelles (un adulte à gauche et trois jeunes à droite). Après avoir passé la nuit dans le nid de leur enfance, les hirondelles décollent au lever du jour. Elles ont fort à faire : apprendre tous les rudiments du vol et de la chasse avant le départ pour la migration. Toute la famille se retrouve parfois perchée. Je n'ai pas fait la photo (car trop lointaine) mais les 2 adultes et les 5 jeunes étaient ensemble un matin sur une antenne de télévision.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Une heure trente avant le coucher du soleil, tout ce petit monde revient à la grange. Le mâle est toujours présent avec les jeunes. Il dort chaque soir sur un petit clou près du nid.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

On peut voir la famille au complet : les jeunes au nid, le mâle sur le clou et la femelle sur le bâton.

Hirondelles rustiques (Massif de Belledonne)

Bye,bonne migration et j'espère à l'an prochain.

Voir les commentaires

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

23 Juillet 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #rougequeue noir, #photos d'oiseaux, #Belledonne, #Grésivaudan, #isère

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

Un couple de rougequeue noirs a donné naissance à 3 poussins dans une vieille grange des contreforts du massif de Belledonne (Isère).

L'an passé, bon nombre de jeunes avaient été croqués par le chat. Cette année, j'ai placé des planches au niveau des portes de la grange pour éviter que le chat ne rentre et que les poussins n'en sortent. Les jeunes rougequeue noirs vivent en effet la période la plus dangereuse de leur vie. Ils sont sortis du nid mais mettront plusieurs jours à voler. Ils sont au sol, planqués dans du foin. Ils volètent un peu et arrivent à se percher sur une charrette à foin.

Deux jours après leur sortie du nid, ils sont arrivés à quitter la grange. Je me fais du souci pour eux. Ils quémandent sans cesse et sont très bruyants. L'un d'entre eux est caché sous un clapier et l'autre derrière un tonneau et le chat rôde.

Les parents apportent le ravitaillement, en très grande majorité des chenilles et des insectes. Curiosité : c'est la première fois que je vois un adulte apporter... une framboise !

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

La femelle reste dans le menu traditionnel (chenille).

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)
Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

Les parents sont sur la défensive. Leurs jeunes sont à la merci de nombreux prédateurs.

Rougequeue noir (Massif de Belledonne)

Le chat de la ferme, dénommé Pompon, a une longue expérience en la matière. Il sait qu'il n'a qu'à attendre son heure. Il guette les nids et épie les jeunes qui piaillent. Il a l'air veule en apparence mais il trompe son monde. En moins de deux, il a ramené deux des trois jeunes rougequeue noirs à la maison...

Dur, dur pour ces petits migrateurs de voir quasi toute sa nichée croquée par le chat chaque année.

Il faut dire que les animaux domestiques et particulièrement les chats sont des prédateurs impitoyables des passereaux. Chaque année dans le monde, des millions d'oiseaux périssent ainsi sous les crocs et griffes de félins pourtant généreusement nourris par l'homme. Ah, l'instinct de chasse...

Voir les commentaires

Lézard qui lézarde (Massif de Belledonne)

22 Juillet 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #lézard des murailles, #Belledonne, #Isère

Lézard qui lézarde (Massif de Belledonne)

Lézard des murailles lézardant sur une lézarde de muraille d'un balcon du balcon de Belledonne (Isère). Les initiés comprendront !

Voir les commentaires