Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Une roselière en baie de Somme (busard des roseaux, cigogne blanche, bondrée apivore, coucou gris, grande aigrette)

28 Mai 2010 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

Un ancien que je connais me dit souvent : "Si tu veux mentir, prédis le temps." Je devrais en parler à Météo France un jour... Mais bon, la météo n'est pas une science exacte, n'est-ce pas? Ce matin-là, expédition en baie de Somme pour arriver avant le lever du jour pour une journée qui s'annonçait radieuse. Le jour s'est bien levé mais pas le brouillard!

En cette fin mai, il faut arriver avant 5 heures du matin pour ne pas se faire repérer. A peine installé depuis deux minutes, le couple de busards des roseaux passe à quelques mètres au-dessus de ma tête. L'un d'eux se pose à une quarantaine de mètres pendant de longues minutes, dos à moi.

 

 

 

 

Au départ, j'enrageais en constatant que la lumière resterait opaque pendant de longues heures mais finalement, je trouve que ça donne une ambiance inhabituelle et intéressante.

 

 

 

 

 

 

Le brouillard matinal permet de découvrir la roselière sous un autre angle qui ne concerne pas les oiseaux mais les insectes.

 

 

 

Les goutelettes d'eau piégées par les toiles d'araignées dévoilent un véritable champ de mines pour les insectes en tout genre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mais comment font ces escargots pour se hisser jusqu'en haut de ses chardons dont la tige est truffée d'épines?

 

 

 

 

 

 

 

9x7d5293

 

La roselière dans le brouillard. Charmant, non?

 

9x7d5294

 

 

 

 

Coucou gris par temps gris est encore plus gris. J'ai pu observer sans trop le comprendre le manège de trois coucous. Peut-être deux mâles se disputant une femelle à l'occasion d'une parade?

 

 

 

Le coucou est à l'affût des nids des autres oiseaux qu'il ira parasiter.

 

 

 

Peut-être celui de cette grive musicienne?

 

 

 

Le coucou a hiverné en Afrique. Il est arrivé depuis quelque temps mais chantait peu en raison des basses températures.

 

 

 

C'est la première fois que je vois une grande aigrette perchée aussi haut, à une bonne trentaine de mètres de hauteur.

 

 

 

Le brouillard s'est enfin levé vers 10h30. Le soleil brille et la lumière très dure m'oblige à plier les gaules. C'est à ce moment que surgit dans le ciel une cigogne blanche dont la course croise celle d'un martinet...

 

 

 

...puis celle d'une bondrée apivore, un rapace qui se nourrit entre autres de guêpes. C'est ma première rencontre avec cet oiseau (revenant de sa migration africaine) que j'espère bien revoir à l'occasion.

 

Partager cet article

Commenter cet article

Cécile 30/05/2010 15:11



Bien le bonjour sans brouillard mais avec un ciel très gris, menaçant de pleurer une nouvelle fois. Mais quel foutu temps nous avons là pour une fin mai !


Bref, j'adore la photo du busard dans le brouillard (en plus ça rime bien), une ambiance en effet toute particulière.


Coïncidence : je viens d'écrire une nouvelle sur un coucou qui pourri la première nichée d'une rousserolle en la parasitant...comble, je n'ai jamais pu voir de coucou en vrai : juste entendu une
fois ! Si la prochaine fois vous le croisez, pourriez-vous lui demander de bien vouloir se présenter jusqu'à moi pour une interview ?  (photo en vol = géniale).


Quant à la traversée de l'escargot sur les chardons : ce sont les premiers fakirs, leur peau est tellement molle que quand ils passent sur les épines, ils ne ressentent pas de douleurs. Un peu
comme une gelée qui ne se brise pas mais qui rebondit ou qui épouse la forme sans jamais se déchirer. (théorie tout à fait personnelle)...tiens ça me donne l'idée d'une histoire...me
permettez-vous d'utiliser votre témoignage pour le lancement d'une nouvelle pour enfants ?


Au plaisir de voir d'autres images de votre cru.


Bonne journée et bon dimanche


 



Benoit Henrion 30/05/2010 22:26



merci pour les compliments même si honnêtement, la photo du coucou en vol n'est pas terrible. je l'ai mise car c'était la première fois que j'en voyais un d'aussi près. on l'entend plus souvent
qu'on ne le voit. pas de pb pour l'utilisation dans la cadre d'un conte (bravo pour votre site), c'est un plaisir. et merci encore pour la visite.



Pescalune 30/05/2010 10:28



Le soleil a bien afit de se cacher ! Tes clichés  sont féeriques !! Bravo



Benoit Henrion 30/05/2010 11:51



merci pescalune! c'est vrai que ça donne une ambiance étrange, propice à l'imaginaire. encore merci pour ta visite et ton commentaire.



Mona 29/05/2010 20:44



A perte de souffle, il visite le ciel ...



Benoit Henrion 29/05/2010 22:40



poétique...