Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Une plaine de Thiérache axonaise (Busard Saint-Martin)

19 Mai 2010 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Thiérache

La Thiérache n'est pas que le royaume des haies (ou de ce qu'il en reste) et du bocage. L'élevage bovin n'a plus le vent en poupe (cf la crise du prix du lait) et l'on trouve donc également dans la campagne thiérachienne des grands espaces de culture appréciés par certains rapaces. C'est l'occasion de rencontres très intéressantes comme ici avec ce couple de busards Saint-Martin. Comme d'habitude, un grand merci à Jean-Loup ( http://jean-loup-ridou.com/galerie/index.php).

 

 

 

Ici le mâle, superbe, tenant dans ses serres sa proie, un rongeur.

 

 

 

Le busard Saint-Martin survole un vaste territoire en utilisant les mêmes couloirs aériens. Il vole à basse altitude pour surprendre ses proies au dernier moment et fait parfois du surplace à la manière caractéristique du faucon crécerelle.

 

 

 

Au niveau technique photographique, ça n'a pas été une partie de plaisir. Je m'étais mis en hauteur sur une petite butte très étroite et très pentue afin de surplomber le busard à son passage au-dessus d'un champ de colza. Mais en raison de grandes étendues monochromes jaune (colza) et verte (jeune blé), l'autofocus a eu beaucoup de mal à accrocher. Il a fallu passer à l'ancienne, à la mise au point manuelle, avec guère plus de résultat.

 

 

 

M'étant levé pour être avant l'aube sur place, je commence à m'assoupir un poil et à m'adosser au siège qui se trouve dans mon affût. Et là, patatras! Je me sens perdre l'équilibre et partir à la renverse. Je n'ai que le réflexe d'agripper contre moi l'appareil photo relié au trépied et me retrouve trois mètres en contrebas sonné et ma tente affût broyée! Cerise sur le gateau : c'est quand je suis les quatre fers en l'air, dans une position pour le moins cocasse voire humiliante, que le busard choisit de passer pile à quatre mètres au-dessus de moi!

Je décide quand même de rester sur place en essayant une autre technique de camouflage.

 

 

 

Je dispose d'une cape de camouflage style burqa-mais comment fait-on pour vivre là-dedans?-que j'ai mis de mon plein gré. Un vrai calvaire... Je n'y croyais pas trop à vrai dire. Pour la vision, on distingue l'extérieur à travers un filet mais quand il s'agit de viser dans l'oeilleton du boîtier, c'est une autre paire de manche. Il faut aller chercher l'appareil photo (qui dispose d'une autre ouverture dans la cape pour laisser passer le téléobjectif) et retrouver l'oiseau qui bouge dans le petit viseur. Quand on a une grande focale, c'est un vrai casse-tête!

Sans compter que chercher l'oiseau me fait faire de grands mouvements avec le téléobjectif très visibles, je suppute, pour son regard acéré. Et bien bizarrement, soit il ne remarque rien, soit il n'en a cure. Ici, la femelle de notre busard vient me rendre visite.

 

 

 

En ce début du mois de mai, le busard Saint-Martin parade sans cesse pour plaire à sa dulcinée. Tel un voltigeur, il prend de l'altitude et se laisse retomber comme une bombe en poussant des petits cris aigus.

 

 

 

 

 

 

C'est un spectacle impressionnant. L'opération est répétée à maintes reprises. La femelle est parfois de la partie mais souvent, le mâle parade seul dans les airs tandis que la femelle l'observe, cachée au sol.

 

 

 

 

 

 

Le busard Saint-Martin est très semblable au busard cendré. Moyen de les distinguer pour l'observateur averti : le Saint-Martin a le bout des ailes très noir avec une nette coupure du gris de l'aile et une bordure sombre tout le long de l'aile (photo ci-dessus).

 

 

 

Un moment intense : le busard vient se percher à moins de 15 mètres de moi sur un tas de fumier. Je suis mal orienté et je dois faire un mouvement à 45° avec le téléobjectif pour pointer dans sa direction. je tente le coup et incroyable, ça marche! Là, je dois dire que je découvre les qualités de ce camouflage léger : je suis beaucoup plus mobile dans mes déplacements et mes angles de prises de vue sans que cela nuise à mon "invisibilité".

Ici, notre busard a l'air d'être vêtu en tenue traditionnelle grecque, non?

 

 

 

Le busard déguste tranquillement sa souris quand tout à coup, j'entends la femelle qui l'appelle...

 

 

 

... et qui vient le déloger pour qu'il lui partage sa proie. Je suis tellement surpris et près que je n'arrive pas à la mettre dans le cadre.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le busard se pose au beau milieu d'un champ de blé avec le rongeur, peut-être sur le futur emplacement de son nid.

 

 

 

La femelle l'y rejoint...

 

9x7d3954

 

...et y restera cachée pendant de longues minutes. Bien malin qui pourra détecter sa présence.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les grandes plumes à l'extrémité des ailes, les remiges, ont vraiment des airs de doigts, non?

 

 

 

 

 

 

Le busard s'est posé sur un chemin agricole et s'envole, avec dans son bec des brindilles, sûrement pour la confection du nid. Il s'agirait en fait d'un busard cendré (merci à Vincent).

 

 

 

Lever de soleil juste avant ma chute!

 

 

 

Plus tard, l'astre s'est voilé et le vent a beaucoup soufflé. La tente affût a au moins ce mérite de couper du vent. Ce jour-là, j'ai vraiment eu froid.

A venir très prochainement d'autres articles sur la Thiérache et son bocage.

Partager cet article

Commenter cet article

vincent bawedin 06/08/2010 12:07



Bonjour,


Bravo tout d'abord pour vos photos remarquables ! Votre dernière photo de busard (de dos en vol) montre les caractères typiques du Busard cendré (fine ligne noire sur les rémiges grises, pas de
croupion blanc, extrémité de la queue - de chaque côté - blanc avec traces de roux...). Vous avez donc "capturé" les 2 espèces de busards gris, la seconde étant plus rare. Quant au Pouillot pris
quelques pages avant, je pense qu'il s'agit d'un véloce (couleurs plus ternes que le fitis) mais l'idéal serait de pouvoir entendre son chant ;-) Merci en tous cas de nous faire partager ces
clichés. Bien à vous.



Benoit Henrion 06/08/2010 15:14



merci vincent pour ces précisions. je vais rectifier dès que possible. j'observe mais je n'ai pas l'oeil d'un ornithologue averti, alors un message comme le vôtre me fait progresser et me permet
de rectifier les inexactitudes, merci!



michel 20/05/2010 22:47



Bravo !!! Tes photo de busards St-Martin sont vraiment superbes ! idem pour les bergeronnettes .


Pour la Gorge-bleue, ça va venir avec la chance que tu as (les busards, le butor étoilé...) J' ai fait quelques clichés en baie de Somme en avril dernier si cela t'interesse je peux te dire où se
trouve min coin... 



Benoit Henrion 21/05/2010 13:46



merci à toi michel, c'est sympa de me laisser un commentaire comme ça.


à bientôt, ben



Pescalune 20/05/2010 09:25



Waouh ! Que de belles photos !!


C'est un oiseau magnifique que je n'ai jamais eu l'occasion de voir en vrai - et tes photos le mettent vraiment superbement en valeur ! Le champs de colza le sublime ! Quel beau moment ! Merci :)



Benoit Henrion 20/05/2010 10:39



merci beaucoup à toi il est vrai que l'oiseau est superbe et que le décor l'était aussi.



jean michel 19/05/2010 22:08



Entendu hier sur France Inter :Dans le Sud-ouest un Busard a foncé à plusieurs reprises sur 2 cyclistes avec impact sur leurs casques!


Prévoir cet équipement pour la prochaine sortie !!



Benoit Henrion 20/05/2010 09:17



impact de bec de busard? de mouette peut-être? mais j'envisage le casque de chantier pour la prochaine sortie!



Charles 19/05/2010 19:49



Pas mal Benoit ! Toujours aussi sympa et dépaysant.



Benoit Henrion 19/05/2010 20:18



merci charlie!