Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

30 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #cigogne noire, #Ardennes, #photos d'oiseaux, #juvéniles, #nid, #chêne

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Nous sommes dans la première quinzaine de juin et j'ai la chance de pouvoir affûter sous un nid de cigogne noire. C'est une espèce forestière très farouche, suivie et protégée par l'ONF. Seulement 8 couples nicheurs ont été recensés en forêt domaniale dans les Ardennescette année.

Ces photos ont donc été réalisées avec toutes les précautions et autorisations nécessaires.

Un grand merci donc à ceux qui ont rendu cette observation possible.

C'est mon deuxième affût cigogne noire et par expérience, je sais que la journée sera difficile.

Si les adultes restent au nid pendant 20 jours après la naissance des cigogneaux, la suite est bien différente. En effet, les adultes peuvent aller jusqu'à plusieurs dizaines de kilomètres du nid pour chasser. Quand ils reviennent, ils régurgitent à même le nid une bouillie prédigérée en l'espace d'une dizaine de secondes et repartent aussitôt ! Le pire est que les rotations ont lieu toutes les...5 à 6 heures. Il ne s'agit pas de s'endormir !

Le nid en question est situé dans les Ardennes. 3 poussins sont nés et se portent bien.

Je suis installé à 6h30.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Il est 7h30 et le premier adulte vient au nid ! Il vient sans crier gare (et les jeunes ne manifestent pas non plus à son approche). Sans cri et avec le couvert végétal, il faut être sans cesse aux aguets, l'oeil (et plutôt les deux) rivé sur le nid. Ceci demande un effort immense de concentration (et de motivation !). Le nourrissage dure 10 secondes puis l'adulte fonce vers moi, preuve que mon affût est efficace. Et là, il vient se percher à l'aplomb de l'affût, sur une magnifique branche de chêne. Aïe ! Je ne peux que constater que la prise de vue est impossible. Il reste là deux bonnes minutes avant de partir et je ne sais pas si je pourrai à nouveau profiter d'une pareille occasion.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Le nid à mon arrivée. Il est tôt (vers 6h15) et les jeunes sont encore couchés sur le nid, invisibles.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Les jeunes, encore duveteux, se font des papouilles mutuelles.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Les cigogneaux ont été bagués peu de temps auparavant.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Une belle branche où j'espérais qu'un adulte se posât (première fois que je mets un imparfait du subjonctif dans le blog).

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Un des poussins prend les autres sous son aile.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)
Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Les jeunes se musclent les ailes avant leur premier envol.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Les cigognes prennent soin de déféquer en dehors du nid. Le sol à la base du chêne est couvert de fientes.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)
Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Les cigognes noires font presque toujours leur nid dans un chêne à bonne hauteur (ici plus d'une dizaine de mètres). La prise de vue est d'autant plus difficile qu'il faut du recul dans la forêt pour ne pas être trop en contre-plongée.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Crête d'Iroquois.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Eykel et Jekel.

Cigognes noires juvéniles (Ardennes)

Pour finir, j'ai pu "voir" deux autres nourrissages : l'un à 14h20 et le dernier à 18h20. La faible présence des adultes s'explique peut-être par le grand vent qui souffalit ce jour-là et qui a dû les ralentir fortement dans leur rotations.

Les adultes sont arrivés de l'autre côté du nid par rapport à ma position, ont régurgité la tête en bas puis sont repartis illico. Tout ça rime avec pas de photo.

Je pars à 19h après une observation de deux grosses minutes d'adultes. Frustrant quand même mais pas grave, ça sera pour l'an prochain, j'espère.

Voir les commentaires

Merle noir (Ardennes)

29 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #merle noir, #Ardennes, #photos d'oiseaux

Merle noir (Ardennes)

J'affûte en forêt quand un merle noir vient se poser devant moi. Mais ce moment restera dans ma mémoire pour une autre rencontre : sur le côté gauche de l'affût, un pic épeichette vient chasser et se désaltérer dans un minuscule ruisseau. C'est la première fois que j'en vois un. J'essaie de passer l'objectif dans l'ouverture latérale mais hop ! il s'envole.

Reste le plaisir des yeux et du souvenir.

Voir les commentaires

Chouette chevêche (Marquenterre)

28 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #chouette chevêche, #photos d'oiseaux, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Chouette chevêche (Marquenterre)

Il est 16h48 quand la chouette chevêche fait son apparition. Je suis à une cinquantaine de mètres du nichoir. La chevêche a ses habitudes sur des piquets bordant une mare.

Chouette chevêche (Marquenterre)

De profil, c'est vraiment une boule de plumes !

Chouette chevêche (Marquenterre)
Chouette chevêche (Marquenterre)

Elle se nettoie le bec en le frottant sur le piquet.

Chouette chevêche (Marquenterre)

Regard de tueuse.

Chouette chevêche (Marquenterre)
Chouette chevêche (Marquenterre)

Et la pluie qui tombe...

Chouette chevêche (Marquenterre)

...et tombe encore. Finalement, la chouette ira se mettre au sec. Quand je suis parti moi aussi, le soleil s'est mis à briller !

Voir les commentaires

Tourterelles des bois (Marquenterre)

27 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #touterelles des bois, #photos d'oiseaux, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Tourterelles des bois (Marquenterre)

Tiens ? Il s'est arrêté de pleuvoir. Le bruit des gouttes qui tombent sur l'affût m'a bercé. Affût qui prend l'eau d'ailleurs par les ouvertures latérales. Je me plaindrai à qui de droit.

Quand je dis que les gouttes m'ont bercé, vous aurez compris que je dors du sommeil du juste. Peut-être même que je ronfle (pas autant que d'autres ceci dit).

Tout à coup, un bruit sourd me fait tressaillir et sortir de ma torpeur. Un gros porteur vient de se poser sur l'affût ! Je pense à un ramier mais non, c'est mieux ! Un couple de tourterelles des bois batifole dans la pâture. Elles font deux fois le tour du pré et se posent sur deux piquets. Coup de bol : ils sont juste devant moi !

Tourterelles des bois (Marquenterre)
Tourterelles des bois (Marquenterre)

Je dois dire que je suis rudement content. Si j'entends chaque année les tourterelles des bois à leur retour de migration, je les aperçois assez peu souvent. En tout cas, cela faisait quelques années que je n'en avais pas photographiées.

Voir les commentaires

Pie bavarde (Marquenterre)

26 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Pie bavarde, #photos d'oiseaux, #pluie, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Pie bavarde (Marquenterre)

Je croyais être le seul à braver les éléments ! Alors que j'affûte aux crécerelles, qui restent sagement planqués à l'abri des gouttes, une pie vient se percher devant moi, juste le temps de faire la photo. Trempée? Tant pie !

Voir les commentaires

Grande aigrette (Étang de La Bassée)

25 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #grande aigrette, #photos d'oiseaux, #étang de la Bassée, #Somme, #Picardie

Grande aigrette (Étang de La Bassée)

Petite virée sur la côte. D'aucuns prétendent qu'à chacune de mes visites, le temps se détraque.

Je dois avouer qu'on est pas loin de la vérité. Pluie et vent m'accompagnent. Je devrais me faire barde ou offrir mes services aux agriculteurs ou aux victimes de la sécheresse dans les pays chauds ! Quoi qu'il en soit, la grande aigrette est au rendez-vous à l'étang de la Bassée. Bien que je dise à certains qu'elle est toujours là, ils ne la voient jamais. On dirait qu'ils n'ont pas de bol !

Grande aigrette (Étang de La Bassée)

Est-ce le même individu que j'ai déjà photographié ? En tout cas, elle n'est pas farouche pour un sou. Petite interrogation : celle que j'ai vue il y a quelques semaines était en plumage nuptial. Celle-ci l'a pratiquement perdu.

Voir les commentaires

Faucons crécerelles juvéniles (Marquenterre)

24 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #faucons crécerelles juvéniles, #photos d'oiseaux, #nichoir, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Faucons crécerelles juvéniles (Marquenterre)

Nous venons de nettoyer les deux nichoirs à chouettes chevêches. Sur les 5,5 ha de pâture, il y a donc deux couples de chouettes et un couple de faucons crécerelles qui nichent dans un nichoir artificiel aussi, dans un grand peuplier. Pascal a installé d'autres nichoirs à faucons dans les pâtures. Nous décidons d'aller y jeter un coup d’œil même si nous n'avons pas repéré d'allées et venues dans ce coin précis. Et là, bongo ! Le nichoir est en fait occupé. Il y a même trois jeunes non volants à l'intérieur.

Pour résumer donc : sur 5,5 Ha de pâtures, deux couples de chevêches et deux couples de crécerelles dans autant de nichoirs artificiels ! Preuve en est que l'homme peut favoriser la sédentarisation et la reproduction de ces rapaces destructeurs de rongeurs en préservant le biotope bocager et en installant des nichoirs artificiels.

Et c'est compter sans les nids de cigogne, buse variable, etc. installés par Pascal ! Ils ne sont pas occupés pour l'instant mais ils ont connu leur âge d'or.

Quant à moi, je vais aussi demander mon nichoir artificiel !

Faucons crécerelles juvéniles (Marquenterre)

Pour la petite histoire, les crécerelles se reproduisent depuis plusieurs années sur ce pylône EDF. Quand Pascal a installé ce nichoir à faucons, ce sont des... chevêches qui y sont venues (mais sans reproduction) !

Voyant cela, Pascal a installé juste au-dessus un nichoir à chevêche. Et bien l'année suivante, ce sont les... crécerelles qui ont occupé le nichoir à chevêches ! Il y a eu trois jeunes qui devaient être bien à l'étroit. Les faucons adultes avaient toutes les peines du monde pour rentrer par le petit orifice du nichoir à chouette chevêche (qui est bien plus petite qu'un faucon).

Faucons crécerelles juvéniles (Marquenterre)

Pour la photo, Pascal a sorti un jeune faucon crécerelle du nichoir.

Faucons crécerelles juvéniles (Marquenterre)

Les serres des jeunes faucons sont déjà plus acérées que celles des chouettes chevêches. Le gant s'impose !

Faucons crécerelles juvéniles (Marquenterre)
Faucons crécerelles juvéniles (Marquenterre)

Retour au bercail. Les jeunes faucons ne devraient pas tarder à s'envoler.

Voir les commentaires

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

23 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #chouettes chevêches juvéniles, #photos d'oiseaux, #nichoir, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Un moment tant attendu chaque année : la rencontre avec les jeunes chouettes chevêches de l'année. L'an passé, nous nous étions pris un peu tard (fin juin) pour nettoyer les nichoirs à chevêches. Un des nichoirs était vide : les jeunes s'étaient déjà envolés. Nous avions eu la bonne surprise (je dis nous : le propriétaire des lieux et moi qui l'accompagnais) de nous rendre compte que deux nichoirs étaient occupés !

Cette année donc, l'opération est prévue à la mi-juin. Le nettoyage de printemps est effectué pour éviter les maladies chez les jeunes rapaces qui défèquent et rejettent leurs pelotes dans le nichoir. Ce dernier devient un véritable cloaque nauséabond.

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Pascal a installé de nombreux nichoirs à chevêches qu'il a lui-même confectionnés. Pratiquement chaque année, les chouettes choisissent une cavité naturelle dans un des nombreux saules têtards des pâtures. Puis elles se ravisent pour un nichoir artificiel moins esthétique pour la photo mais à l'abri des intempéries et des prédateurs. Cette année, les chouettes chevêches ont choisi un nichoir près d'une mare. D'habitude, nous fixons un perchoir non loin de l'entrée du nid pour faire des observations et des photos mais rien cette année. Le nichoir est dans une pâture habitée par des vaches qui se frottent à tout ce qu'elles trouvent. Plusieurs perchoirs y ont laissé leur peau !

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Très bonne surprise à l'ouverture du nichoir : il y a 4 jeunes !

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

L'opération ne dure que quelques minutes. Les jeunes chouettes doivent être impressionnées, tout comme leurs parents qui nous observent depuis une haie voisine. Ceci dit, elles ne sont pas volantes et restent calmes. Il n'y aura aucune conséquence par la suite et les parents viendront les nourrir normalement. Ce nettoyage est fait chaque année depuis au moins 30 ans (eh oui, Pascal n'est plus tout jeune !).

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Le schmilblick : "y tient dans la main" comme dirait papy Mougeot !

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)
Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Le temps du nettoyage, les jeunes chouettes sont posées dans une vieille souche.

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

C'est une expérience forte de sentir ce petit rapace si fragile dans sa main.

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Bon, je dois dire qu'il a eu sa vengeance : j'ai eu droit à un shampoing à la mode chevêche !

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Deuxième nichoir visité lors de cette matinée.

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Et encore une bonne surprise : il y a 3 jeunes.

Pour résumer, 2 nichoirs occupés avec 7 jeunes sur 2 pâtures représentant une surface de 5,5 Ha. Pas mal, non? Et encore, nous ne sommes pas allés vérifier tous les nichoirs.

Chouettes chevêches juvéniles (Marquenterre)

Pascal a installé au pied des nichoirs d'autres nichoirs. Quand les jeunes chouettes sortiront du nid, elles ne sauront pas voler. Ce sera sûrement la période de leur vie la plus risquée. Elles pourront se réfugier en journée pour éviter d'être piétinées par les vaches et aussi se cacher du regard des prédateurs type chats et chiens domestiques, mustélidés et autres rapaces diurnes.

Voir les commentaires

Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)

22 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #faucon crécerelle, #pice bavarde, #photos d'oiseaux, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)

Les jeunes crécerelles sont déjà bien grands même s'ils ne sont pas encore volants. Il n'y a plus assez de place dans le nichoir pour que la femelle y reste de longs moments. Elle vient se dégourdir et chasser à proximité du nid sur un de ses perchoirs préférés. Il faut alors ouvrir l’œil et le bon ! Elle est venue moins d'une minute sans crier gare (sur un affût de plus de deux heures), heureusement juste après un assoupissement (de ma part). À quoi ça tient...

Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)
Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)

La femelle a dû dépecer une proie auparavant car j'ai l'impression que son plumage est taché de sang sur la poitrine.

Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)

Décidément, ce nichoir à chouette chevêche intéresse bien du monde !

Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)
Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)

Même une pie bavarde se perche à côté. Étrangement, elle s'est posté sur tous les perchoirs habituels des crécerelles, peut-être en recherche d'un bout de viande oublié?

Faucon crécerelle et pie bavarde (Marquenterre)

Les pies nichent non loin des crécerelles. J'ai pu voir ces derniers les prendre en chasse dès qu'elles se rapprochaient un peu trop du nid des rapaces.

Voir les commentaires

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

21 Juin 2015 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #engoulevent d'Europe, #photos d'oiseaux, #Marquenterre, #Somme, #Picardie

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

Rencontre avec un oiseau étrange, l'engoulevent d'Europe. C'est un oiseau migrateur qui hiverne en Afrique. Ses moeurs sont nocturnes. Il faut donc s'équiper du flash. Son oeil tient une place prépondérante dans sa boîte cranienne.

En raison du tapetum lucidum, le rendu photographique est celui que vous constatez sur les photos : des yeux "phosphorescents" qui débordent de l'orbite.

"Le phénomène de réflexion sur le tapetum lucidum est couramment (mais improprement sur le plan scientifique) appelé « yeux phosphorescents ».

Les humains ne possèdent pas dans leurs yeux de tapetum lucidum et leur vision nocturne est médiocre. L'effet des yeux rouges sur les photographies est simplement dû à la réflexion de la lumière du flash sur la rétine. En revanche, chez les animaux possédant un tapetum lucidum la réflexion de la lumière du flash fait apparaître sur les photographies des yeux étrangement brillants dans une large gamme de couleurs dont le bleu, le vert, le jaune et le rose."

Petite explication reprise sur Wikipédia où vous pourrez en apprendre plus.

Et merci à Pascal pour sa science.

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)
Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

Voilà le biotope où j'ai pu observer l'engoulevent d'Europe : les dunes et pinèdes du Marquenterre. L'engoulevent niche au sol. Il aime les zones défrichées en milieu boisé. On peut passer à côté de lui sans l'apercevoir. Son plumage mimétique est très efficace. C'est un oiseau assez étrange, sorte de mélange entre un martinet et une chouette. Son chant est encore plus énigmatique. Vous pouvez l'écouter sur oiseaux.net.

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

La nuit tombe sur les dunes.

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

Dernières lueurs sur les pins.

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

Quand le flash ne fonctionne pas, on obtient des résultats étonnants et finalement pas trop mal je trouve.

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

Mimétisme au sol et sur les branches.

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

L'engoulevent d'Europe chasse en vol les insectes et papillons de nuit. Il profite parfois d'un réverbère pour trouver ses proies, attirées par la lumière.

Engoulevent d'Europe (Marquenterre)
Engoulevent d'Europe (Marquenterre)
Engoulevent d'Europe (Marquenterre)
Engoulevent d'Europe (Marquenterre)

Bientôt, l'engoulevent l'emportera (je me comprends, c'est la fête de la musique aujourd'hui).

On se verra peut-être l'an prochain?

Voir les commentaires