Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Chardonnerets élégants (Marquenterre)

20 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

CS6J1481

 

Fin de la série sur la mangeoire du Marquenterre avec brochette de chardonnerets élégants sur bourgeons de lilas.

 

CS6J1459

 

Boule de plumes.

 

CS6J1842

 

CS6J1423

 

CS6J1632

 

CS6J1877

 

CS6J1600

 

CS6J1656

 

Ce chardonneret s'est attaqué à un bourgeon de lila.

 

CS6J1731

 

CS6J1748

 

CS6J1644

 

CS6J1427

 

Voir les commentaires

Brochette de passereaux (Marquenterre)

19 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

 

CS6J1561

 

CS6J1736

 

La mésange charbonnière qui voulait se faire plus grosse que le boeuf! En fait, un vent froid souffle et l'oiseau gonfle ses plumes pour se protéger des basses températures.

 

CS6J1492

 

Une satisfaction : la mésange nonnette est sans cesse en mouvement et j'ai toutes les peines du monde à la photographier.

 

CS6J1799

 

Moineau domestique mâle : un oiseau très commun et peu prisé des photographes. Justice lui est rendue.

 

CS6J1539

 

CS6J1489

 

CS6J1521

 

CS6J1513

 

CS6J1797

 

CS6J1801

 

CS6J1706

 

Femelle de moineau domestique.

 

CS6J1448

 

Et pour finir une photo très moyenne mais qui fait office de témoignage : en ce début avril, un pinson du Nord est toujours présent sur la côte picarde (comme les tarins des aulnes). Décidément, l'hiver est bien long.

Voir les commentaires

Avis aux abonnés

18 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion

Bonjour à mes fidèles lecteurs et à ceux de passage.

La nouvelle plateforme Overblog a complètement modifié le portail auquel vous avez accès ainsi que le portail administrateur. Pour l'instant, je n'arrive pas à retrouver l'interface souhaitée du blog ni à répondre à vos commentaires.

Excusez pour la gêne occasionnée.

J'en profite pour demander de l'aide aux "overblogers" qui pourraient m'aider : Je n'arrive pas à choisir la police de caractère des textes, à retrouver mes catégories.

En bref, tout ce qui personnalisait le blog a disparu. Tout est imposé avec un choix très limité dans cette nouvelle version pour l'instant décevante.

J'espère pouvoir apporter quelques améliorations.

Benoit

Voir les commentaires

Verdiers d'Europe (Marquenterre)

18 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

CS6J1764

 

Les verdiers sont présents en grand nombre, plus d'une vingtaine. Visiblement, ils n'ont pas de problèmes de reproduction et adorent la mangeoire (plus spécialement les graines de tournesol).

 

CS6J1774

 

CS6J1473

 

CS6J1665

 

CS6J1770

 

CS6J1621

 

CS6J1610

 

CS6J1572

 

CS6J1637

 

Voir les commentaires

Tarin des aulnes (Marquenterre)

17 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

CS6J1759

 

Dernière série sur une mangeoire du Marquenterre. Les tarins des aulnes trainent toujours leurs guêtres sur la côte picarde alors qu'ils devraient être repartis nidifier plus au nord.

 

CS6J1852

 

Le mâle...

 

CS6J1810

 

...et la femelle.

 

CS6J1689

 

CS6J1701

 

CS6J1853

Voir les commentaires

Merle à plastron (Vallée de l'Hallue)

16 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J1284

 

Petite rencontre lointaine avec un merle à plastron qui stationne depuis 10 jours à quelques kilomètres au nord d'Amiens. Les merles à platron sont des oiseaux montagnards qu'on peut voir en migration par chez nous. Il semble plutôt étrange de voir un individu seul et rester aussi longtemps.

 

CS6J1268

 

On le distingue très bien du merle noir à sa bavette blanche. Facétieux, il a toujours évité mon affût. Je pensais qu'il serait facile de le prendre en photo mais il n'en a rien été. Il s'est toujours tenu à bonne distance d'une bonne trentaine de mètres. Il est venu extirper des vers de terre en compagnie de grives musiciennes quasi à l'endroit où j'avais monté mon affût quelques minutes après l'avoir démonté. Le bougre!

 

CS6J1257

 

Pour tromper ma frustration, j'ai pu compter sur une bergeronnette grise beaucoup plus compréhensive...

 

CS6J1277

 

...ainsi que sur un pinson des arbres mâle.

Voir les commentaires

Buse variable, pie bavarde, corneille, tarier pâtre (Thiérache axonaise)

12 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Thiérache

 

 

CS6J1014

 

Fin de cet affût très riche en rapaces et autres corvidés. Une buse brune se joint à la danse. Son plumage n'en est pas moins splendide.

 

CS6J1017

 

CS6J1081 bis

 

Castagne autour d'une carcasse.

 

CS6J1084

 

Cri s'adressant aux autres buses du canton. J'en ai donc compté quatre dont deux blanches plus deux milans royaux. Belle sortie! Je n'en demande pas tant tous les jours.

 

CS6J1085

 

CS6J1088

 

Il n'est pas si commun de pouvoir observer les pattes d'un rapace. La buse vient d'atterrir et l'on croirait qu'elle marche dressée sur ses deux pattes.

 

CS6J1098

 

CS6J0621

 

Des yeux bleus? Il s'agit, je pense, d'une troisième paupière appelée membrane nictitante qui sert humidifier l'oeil et à protéger celui-ci pendant les combats ou la prise d'une proie.

 

CS6J1095

 

L'arcade sourcilière proéminente qui donne fière allure à notre rapace sert à protéger un oeil beaucoup plus performant que l'oeil humain.

 

CS6J1008

 

Vol ample, noble et majestueux. On observe souvent la buse planer dans les airs mais elle chasse aussi à l'affût sur des piquets de clôture ou de grillage d'autoroute.

 

CS6J1022

 

CS6J1019

 

Dommage pour le cadrage mais l'oiseau se détache bien.

 

CS6J1074

 

La buse telle qu'on peut la voir, souvent de loin, sur un paysage hivernal dépourvu de feuillages (à ceci près que nous sommes au printemps!).

 

CS6J0916

 

Les pies ne sont jamais très éloignées des rapaces pour leur disputer leur nourriture ou leur territoire.

 

CS6J0905

 

Belles couleurs sur l'extérieur de l'aile de la pie. J'aimerais réussir une photo plus proche de dos ou en contre-jour. J'y crois!

 

CS6J0918

 

CS6J0930

 

CS6J0792

 

CS6J0739

 

Corneille noire à l'affût pour un chapardage.

 

CS6J1187

 

Comme une petite note musicale et printanière pour cette fin d'affût. Je m'apprête à partir et je repère tout près de moi une boule de couleur que j'attends depuis longtemps : un tarier pâtre. C'est le premier que je vois et nous sommes déjà le 1er avril. Que le printemps est long à venir cette année. De nombreux migrateurs sont bloqués plus au sud ou bien se sont fait piéger par la rudesse du climat sans avoir la force de redescendre sous la Loire. La migration est un risque avec la vie pour enjeu. Certains oiseaux sont bien là mais ne se montrent pas, ne chantent pas, pour économiser leurs forces.

 

CS6J1189

 

Notre petit tarier pâtre me gratifie pourtant d'une belle "roue", chose que je n'avais jamais vue auparavant. Longue vie à toi!

Voir les commentaires

Buses variables blanches, corneille noire (Thiérache axonaise)

11 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Thiérache

 

 

CS6J0841

 

Pendant que milans royaux et corneilles se chamaillent, un autre jeu se dérolel en parallèle sur la même scène : des buses variables, par le festin alléchées, entrent dans la danse. Pour vous dire que j'en ai pris plein les mirettes! Pour ne rien gâcher, la buse blanche pour laquelle je m'étais déplacé à l'origine pointe le bout de son bec et arbore fièrement sa poitrine (presque) immaculée.

 

CS6J0947

 

Le terme buse variable provient du fait que la même espèce d'oiseau peut présenter un plumage très brun jusqu'à très blanc. Les "buses blanches" que j'ai pu voir sont plutôt présentes dans l'Est et le Nord de la France.

 

CS6J0648

 

Une corneille noire en position d'attaque. Pendant cette scène, j'ai l'oeil rivé dans mon viseur sans vraiment de vision d'ensemble et à vrai dire, je ne sais pas trop qui la corneille cherche à atteindre. Le milan royal tournoie juste au-dessous et la buse semble complètement indifférente à cette intimidation.

 

CS6J0649

 

Finalement, elle part sans demander son reste.

 

CS6J0816

 

La buse envoie des cris stridents et décolle. Je crois qu'elle fond sur un concurrent mais...

 

CS6J0851

 

...elle va rejoindre une deuxième buse blanche! Cerise sur le gâteau! Est-ce un couple qui s'est trouvé en raison de son plumage inhabituel?

 

CS6J0894

 

J'ai des doutes car beaucoup de buses très ressemblantes se castagnent mais j'ai cru voir un accouplement au loin entre ces deux buses blanches.

 

CS6J0817

 

Avant de rejoindre l'autre buse blanche, celle-ci n'a cessé de l'appeler durant le vol. Son cri ressemble à un miaulement aigu et très sonore qui permet de ldécler sa présence quoi que son chant puisse être imité par les geais et les étourneaux.

 

CS6J0818

 

CS6J0819

 

Série de photos où l'on peut apprécier ce qu'on peut rarement observer à l'oeil nu et que la photo permet de fixer: l'extrémité des rémiges primaires (grandes plumes situées au bout de l'aile).

 

CS6J0821

 

On peut voir la pression qui s'exerce individuellement sur chaque plume. Ceci permet à l'oiseau de réduire la résistance à l'air. C'est sur ces plumes que la pression de l'air est la plus forte au cours du vol. Pour plus d'info, voir cet article de Wikipédia.

 

CS6J0832

 

Petit coup d'oeil à la carcasse que j'ai installée.

 

CS6J0836

 

Train d'atterrissage sorti.

 

CS6J0838

 

CS6J0840

 

CS6J0842

 

Des rémiges qui font office de crête de coq sur la tête de notre buse!

 

CS6J0843

 

CS6J0852

 

CS6J0806

 

Contrairement aux milans royaux que je n'ai jamais vu se poser, les buses vont rapidement au sol se nourrir. Peut-être sont-elles moins farouches?

 

CS6J0656

 

CS6J0858

 

Le dos n'est pas aussi blanc que la poitrine.

 

CS6J0868

 

CS6J0871

 

CS6J0893

 

CS6J0896

 

CS6J0932

 

Arrivée d'une autre buse si j'en crois la couleur du plumage. Je découvre ce fait en regardant les photos car sur le terrain, je croyais qu'il n'y avait que le couple de buses blanches.

 

CS6J0933

 

CS6J0936

 

Quand un rapace arrive, une corneille n'est jamais bien loin pour la houspiller.

 

CS6J0938

 

Quand ce n'est pas un autre de ses congénères!

 

CS6J0939

 

CS6J0941

 

CS6J0979

 

CS6J0966

 

Wouaouh! Elle passe tellement près de mon affût que je peux la voir dans les yeux.

 

CS6J0980

 

Encore un bel exemple de la souplesse des rémiges primaires.

 

CS6J0981

 

CS6J0985

 

CS6J1005

 

La forme de la buse telle qu'on peut souvent la voir quand on roule en voiture.

 

CS6J1029

 

Elle peut malgré son poids se tenir sur des branches assez fines. De 550 à 850g pour le mâle et de 700 à 1200g pour la femelle. Plus d'info sur la buse sur oiseaux.net

 

CS6J1031

 

CS6J0945

 

CS6J1043

 

CS6J1129

 

Pas facile de ne pas cramer les blancs en plein soleil. Je ne vais pas me plaindre vu le peu d'ensoleillement auquel on a eu droit en Picardie cet hiver!

 

CS6J1142

 

CS6J1161

 

Je prends ce cri en ma direction comme un au revoir. Pour ma part, je remercie les buses pour le spectacle.

 

CS6J1171

 

CS6J1172

 

Envol de la buse blanche. Prochain article sur une buse brune présente sur les lieux et qui ne démérite pas par sa beauté.

Voir les commentaires

Milan royal, corneille noire (Thiérache axonaise)

9 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Thiérache

 

 

CS6J0419

 

Retour en Thiérache dans une pâture où j'ai vu évoluer il y a quelques semaines un milan royal et des buses variables. J'ai ramené à nouveau une carcasse pour ce charognard. Pendant trois heures, il n'y a pas âme qui vive. Je me demande si je ne vais pas repartir bredouille. C'est à ce moment que je le vois arriver, majestueux.

 

CS6J0316

 

Surprise, il y a deux milans royaux. Je n'ai pu les photographier ensemble mais quel spectacle! En revanche, ils rejouent le même cirque que la dernière fois : ils tournoient très bas sans se poser au sol.

 

CS6J0581-copie-1

 

Les corneilles noires, qui sont arrivées peu de temps après, lancent l'assaut. D'envergure moins imposante, elles attaquent sans répit. Rien ne les arrête. Le milan royal est dans la position du fuyard.

 

CS6J0585

 

Tout ceci se passe juste au-dessus de ma tête. J'ai du mal à cadrer tellement les scènes de combat se jouent vite. J'étais très prudent avec mes mouvements d'objectif quand les milans étaient seuls, mais depuis l'arrivée des corneilles, je peux bouger comme je veux car les oiseaux sont obnubilés par les joutes aériennes.

 

CS6J0593

 

CS6J0544

 

Le combat se déroule dans le silence, je n'entends aucun cri d'oiseau si ce n'est parfois le bruissement des ailes quand les milans passent juste au-dessus de mon affût.

 

CS6J0554

 

Le milan royal est un oiseau essentiellement européen, protégé depuis 1981, et fait partie des espèces menacées. Une grande partie des effectifs européens stationne en France. Pour plus d'info, un article sur wikipédia.

 

CS6J0407

 

Une belle envergure de 1,45 à 1,65m.

 

CS6J0417

 

Je suis très content de voir évoluer dans les airs ces grands rapaces. Je peux parfois les voir dans les yeux tant ils sont proches. Ma déception est photographique : j'ai des attitudes, de beaux oiseaux, mais ça ne fait pas pour autant de belles photos. Les milans ne se sont pas posés au sol. J'avais prévu un arrière-plan plus fourni qu'un ciel bleu s'ils s'étaient posés. Dommage... Les photos sont à mon goût d'un intérêt plus naturaliste que photographique mais cette séance d'affût restera inoubliable.

 

CS6J0378

 

Ce milan royal se gratte le menton en vol.

 

CS6J0356

 

CS6J0409

 

Passage en rase-motte au-dessus de mon affût.

 

CS6J0359

 

Observez la différence d'angle entre les ailes et la queue.

 

CS6J0420

 

CS6J0354

 

Les plumes de la queue sont un peu amochées...

 

CS6J0440

 

CS6J0489

 

CS6J0491

 

CS6J0518

 

CS6J0573

 

CS6J0665

 

CS6J0698

 

Finalement, les milans ont réussi à récupérer quelques restes en attrapant avec les serres des lambeaux de viande sans se poser.

 

CS6J0700

 

CS6J0703

 

À la revoyure.

Voir les commentaires

Accouplement de cigognes blanches (Marquenterre)

7 Avril 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

CS6J0192

 

En cette fin d'hiver et malgré le froid mordant, de nombreux oiseaux marquent leur territoire, bâtissent leur nid et s'accouplent. C'est le cas de ce couple de cigognes blanches qui a élu domicile dans le jardin d'amoureux de la vie sauvage. Il faut d'abord trouver l'équilbre pour le mâle qui a bien du mal à se stabiliser sur le dos de sa femelle. Notez la position des cous et des becs : attitude tendre ou bien moyen de se maintenir l'un l'autre pour éviter la chute?

 

CS6J0209

 

À grands battements d'ailes, le mâle tente de poser ses pattes repliées et parallèles à celles de la femelle.

 

CS6J0222

 

Ça n'a pas l'air évident!

 

CS6J0236

 

CS6J0237

 

Finalement, le mâle semble avoir trouvé la solution en s'aggrippant au cou de sa femelle.

 

CS6J0241

 

Ça y est! Le mâle ainsi positionné peut coller son cloaque à celui de la femelle.

 

CS6J0263

 

Les accouplements peuvent intervenir toutes les 20 mn ou bien alors de façon tout-à-fait aléatoire. J'attends, j'attends un deuxième accouplement quand gentiment, la propriétaire des lieux me propose un thé. Bon, je me décide. À peine suis-je attablé que j'entends les cigognes forniquer! J'ai vraiment de la veine! Heureusement, elles font durer le plaisir et j'ai le temps de prendre en catastrophe quelques clichés sans renverser sur moi ma tasse de thé. 

 

CS6J0275

 

Ici, on voit bien le mâle se maintenir en pinçant le cou de la femelle.

 

CS6J0285

 

L'extase!

 

CS6J0249

 

Pour bien marquer la fin de l'accouplement, les deux cigognes claquent du bec.

Voir les commentaires