Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Mésanges à longue queue (Parc zoologique d'Amiens)

22 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J9329

 

Une de mes toutes premières rencontres photographiques avec un petit groupe de mésanges à longue queue. Cette espèce d'oiseau fait partie d'une autre famille proche des mésanges. Ces petits oiseaux très ronds sont peu farouches mais très mobiles. Il faut avoir tous les sens en alerte pour faire une photo nette.

 

CS6J9428

 

La mésange à longue queue est grande de 13 à 15 cm dont 7 à 9 cm de queue. Plutôt flatteur! Les proportions de cet attribut en feraient pâlir plus d'un! Et pourtant, cette queue est aussi l'apanage des femelles car les individus des deux sexes sont semblables.

 

CS6J9349

 

La mésange à longue queue vue du dessous est une boule montée sur une queue... Mais où vais-je chercher tout ça?

 

CS6J9401

 

CS6J9420

 

Leur longue queue fait qu'on ne peut les confondre avec un autre oiseau.

 

CS6J9267

 

Les mésanges à longue queue sont sédentaires et quittent peu leur territoire. Elles sont souvent en bande de 2 à 4 en hiver mais je n'ai pu en photographier qu'une à la fois.

 

CS6J9215

 

La photo manque un poil de netteté mais je suis content d'avoir pu figer cet envol.

 

CS6J9254

 

Le dos est brun-roux et les (gros) sourcils sont noirs.

 

CS6J9189

 

Les mésanges à longue queue se pendent souvent aux rameaux pour se nourrir. En raison de leur petit bec court et trapu, elles se nourrissent d'insectes, de leurs larves ou de leurs oeufs. Pour plus d'info, voir oiseaux.net

 

CS6J9286

 

CS6J9260

 

CS6J9214

 

CS6J9251

 

Contrairement aux "vraies" mésanges, elles ne descendent pas au sol pour se nourrir.

 

CS6J9340

 

CS6J9357

 

Avec ce bourgeon dans l'axe du bec, on dirait un clown.

 

CS6J9371

 

CS6J9264

 

CS6J9455

 

CS6J9390

 

CS6J9395

 

Voir les commentaires

Pie bavarde, grimpereau des jardins, pigeons biset (Parc zoologique d'Amiens)

19 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J9528

 

Ce n'est pas tous les jours que j'arrive à photographier une pie bavarde, corvidé farouche s'il en est. J'aime bien l'ambiance de cette photo due à une erreur d'exposition lors de la prise de vue. Une erreur plutôt heureuse qui donne une atmosphère lugubre et gothique à souhait.

 

CS6J9565

 

Après le noir et blanc de la photo précédente, on peut voir que la pie recèle des couleurs inattendues comme le bleu et le vert.

 

CS6J9473

 

Grimpereau des jardins. Toujours très mobile et difficile à photographier.

 

CS6J9123

 

CS6J9484

 

Il remonte le tronc et poursuit méthodiquement sa chasse aux insectes et araignées sur chaque branche et chaque rameau.

 

CS6J9480

 

CS6J9150

 

Inspection sous les lichens.

 

CS6J9459

 

S'il ne bouge pas, le grimpereau est difficilement détectable sur l'écorce.

 

CS6J9463

 

Petite toilette où le grimpereau reste sur place. J'en ai profité pour mitrailler.

 

CS6J9466

 

zoo 0768

 

La photo que j'ai manquée : quand le grimpereau est venu chasser sur cette écorce photogénique. Hélas il était trop rapide pour moi!

 

CS6J9315

 

Des pigeons biset, placides, observent la scène. 

Voir les commentaires

Héron cendré (Parc zoologique d'Amiens)

18 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J9021

 

Le parc zoologique d'Amiens recèle des espèces captives et exotiques mais aussi nombre d'espèces endémiques de nos régions qui profitent de ce havre de paix situé en plein centre-ville. Au moins trois hérons cendrés profitent des restes des repas donnés par les soigneurs aux animaux du zoo ou bien pêchent dans les cours d'eau du parc.

 

CS6J9058

 

Les hérons cendrés, d'ordinaire si craintifs et méfiants vis-à-vis de l'homme, adoptent ici une distance de fuite moins grande que d'accoutumée en raison de leur proximité avec le public et les soigneurs. Ceci dit, je n'ai pu les approcher de très près cette fois-ci. L'an passé, un héron était venu se percher à 10m au-dessus de moi. Je n'ai pas eu cette chance lors de ma visite.

 

zoo 0745

 

Celui-ci est resté prudemment perché en haut des cimes, hors d'atteinte.

 

CS6J9077

 

zoo 0748

 

CS6J9052

 

CS6J9061

 

CS6J9507

 

zoo 0779

 

Dès que le héron se poste sur le territoire des goélands, ceux-ci viennent le houspiller sans relâche avec force cris et attaques en piqué. Je suis resté 10 minutes à observer ce manège qui n'a pas eu l'air d'effrayer notre échassier.

Voir les commentaires

Chardonnerets élégants et autres passereaux (Amiens)

12 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J8853

 

Depuis fin février, une vingtaine de chardonnerets élégants fréquente assidûment la mangeoire du jardin. Au coeur de l'hiver, j'en ai aperçu assez peu. J'ai pu deviner leur présence en observant dans la neige au pied des cardères sauvages les restes du festin de graines auquel ils s'étaient livrés. Aujourd'hui, je peux les admirer. Ils sont assez sensibles au dérangement et spécialement au bruit dû au déclenchement de l'appareil photo. Je déclenche donc au silencieux pour éviter les envols intempestifs. Après s'être régalés des graines de tournesol, ils viennent se désaltérer dans la mare cresuée il y a 3 ans et qui présente de plus en plus un aspect naturel.

 

CS6J8589

 

CS6J8802

 

Ils sont toujours sur le qui-vive. Je vois pratiquement tous les jours la femelle d'épervier qui vient faire son tour. De temps en temps une plumée dans le jardin mais c'est assez rare. J'ai déjà vu l'épervier lier une tourterelle turque devant mes yeux, à 2,5m de l'affût, sans que je puisse prendre une photo : la distance minimale de mon téléobjectif est de 4,50m...

L'épervier se poste souvent dans le cerisier qui surplombe mon affût. Je vois donc tous les oiseaux en panique s'envoler à tire-d'ailes, j'entends les merles hurler leur cri d'alerte. Sauve qui peut! Et moi, je me contente d'imaginer le chasseur d'oiseaux à 5m au-dessus de ma tête. Plus un chant, plus un bruit. Puis le rapace s'en va et la vie reprend son cours.

 

CS6J8809

 

CS6J8982

 

Il faut être équilibriste pour boire un coup!

 

CS6J8634

 

CS6J8889

 

CS6J8709

 

CS6J8690

 

Pinson du Nord dans l'églantier. Tous ses fruits, les cynorrhodons, ont été mangés dès l'automne. Ce pinson devrait rejoindre bientôt la Scandinavie ou la Russie pour se reproduire.

 

CS6J8972

 

Pinson des arbres se désaltérant en marchant sur l'eau encore à moitié gelée de la mare.

 

CS6J8912

 

CS6J8942

 

CS6J8613

 

CS6J8594

 

CS6J8901

 

CS6J8947

 

CS6J8938

 

CS6J8979

 

CS6J8930

 

CS6J8921

 

C'est ce qui s'appelle se retrouver le bec dans l'eau!

 

CS6J8763

 

CS6J8590

 

CS6J8674

 

CS6J8667

 

Ciao.

 

 

 

Voir les commentaires

Crocus (Amiens)

11 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

Avec un grand soleil et 15°C, on croyait le printemps arrivé. Les crocus du jardin se sont ouverts pour offrir au regard un festival de couleurs qui tranche d'avec la grisaille qui nous plombe dans le nord de la France depuis des mois.

 

dans-mon-jardin 0689bis

 

dans-mon-jardin 0692bis

 

Crocus jaunes.

 

dans-mon-jardin 0690bis

 

Je n'ai pu profiter de ces magnifiques plantes à bulbes qui fleurissent à la fin de l'hiver qu'une seule journée. Depuis, le froid et même la neige sont revenus et les plantes se sont refermées en attendant des jours meilleurs.

 

dans-mon-jardin 0694bis

 

dans-mon-jardin 0691bis

Voir les commentaires

Cigognes blanches (Marquenterre)

9 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

marquenterre3 0575

 

C'est bientôt le printemps et les ardeurs se font de plus en plus pressantes. Ici, accouplement de cigognes blanches revenues de leur migration africaine. Lorsque l'accouplement survient, je suis pris de court et n'ai pas le temps de changer d'objectif, d'où le malheureux cadrage rognant les ailes...

 

marquenterre3 0530

 

 

marquenterre3 0549

 

Ce couple s'est installé sur une plateforme qu'un amoureux de la nature a monté sur un arbre de son jardin, à dix mètres à peine de l'habitation. La classe! Télécigogne à travers la lucarne du toit. Qui dit mieux?

Un cadre en aluminium peint et des branchages peinturlurés de blanc pour simuler les fientes et provoquer ainsi une forte attractivité; les cigognes ont fait le reste. Le nid est occupé depuis plus de dix ans. Il semble que cette fois-ci, la femelle soit une nouvelle venue.

 

marquenterre3 0499

 

La plupart du temps, seule une cigogne reste au nid pour le garder car la concurrence est rude. Dès qu'une autre cigogne pointe le bout de son bec, elle l'intimide pour lui faire passer son chemin. L'autre locataire légitime du nid se nourrit dans les champs alentours pendant ce temps.

 

marquenterre3 0536

 

Un couple dans le vent!

 

marquenterre3 0513

 

Cigogne à moustaches.

 

marquenterre3 0570

 

Petits mamours avant accouplement. La femelle est celle en premier plan avec une tache noire au-dessus de l'oeil.

 

marquenterre3 0573

 

marquenterre3 0577

 

marquenterre3 0584

 

Après l'acte, les cigognes claquent du bec, surtout le mâle (à gauche), sûrement très content de sa prestation!

 

marquenterre3 0591

 

Bye.

Voir les commentaires

Grimpereau des jardins (Marquenterre)

8 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

CS6J8440

 

Rencontre avec le grimpereau des jardins, petit oiseau de 12cm de long qui fréquente les bois de feuillus, les parcs et les jardins (Source Le Guide ornitho). Il se nourrit d'insectes et d'araignées présents dans l'écorce des arbres. Pour cela, il dispose d'un long bec fin et incurvé.

 

CS6J8367

 

Ses griffes lui permettent de grimper aisément le long des arbres de bas en haut. Il est très mobile, sans cesse en mouvement. Il n'est donc pas très aisé de le photographier. Il revenait sur ce tronc de conifère toutes les 20 minutes avec presque la rigueur d'un métronome. J'en ai attendu des tranches de 20mn pour prendre quelques photos nettes. Malheureusement pour moi, le point malgré un diaphragme à F/4 était souvent sur l'aile ou la poitrine et pas sur l'oeil.


CS6J8462

 

Chasse horizontale.

 

CS6J8425

 

Son bec lui permet de visiter toutes les anfractuosités de l'écorce, du tronc jusqu'aux rameaux.

 

CS6J8397

 

CS6J8349

 

Petite visite au sol.


 

CS6J8427

 

Attitude un peu atypique où le grimpereau est comme dressé. La photo n'est pas très nette mais je vous la livre quand même.

Voir les commentaires

Milan royal, corneille noire, buse variable (Thiérache axonaise)

3 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Thiérache

 

 

CS6J8287

 

Mon réseau d'informateurs en Thiérache axonaise est formel : la neige est toujours bel et bien là en ce dernier jour de février alors qu'elle nous a quittés depuis bien longtemps dans la Somme. Bon, c'est décidé, je pars. Je n'ai plus qu'une petite chance de faire des photos dans la neige d'une buse blanche magnifique dont un ami m'a signalé la présence. Je file avec 2kg de déchets de boucherie. En route, je scrute les abords des routes en espérant trouver une carcasse de lapin, hélas rien. Ce serait un appât beaucoup plus naturel pour la buse mais faute de mieux, je préfère assurer le coup avec des restes de volaille. Arrivé sur place, morbleu! Plus de neige du tout! La guigne! Question bilan carbone, c'est très médiocre! Je n'ai tout de même pas fait toute cette route pour rien. J'installe mon affût en toute hâte. Une heure après, je crois rêver : un milan royal fond sur la viande. Malheureusement pour moi, il ne fait que se poser pour se renvoler aussi tôt.

 

CS6J8292

 

Il tournoie autour de l'appât. Son envergure est imposante : 140 à 165cm (Source Le Guide ornitho). Il fait des cercles de plus en plus concentriques à moins de 20m de moi. Il tourne, il tourne, le milan... mais hélas sans se poser puis s'en va. 

 

CS6J8259

 

J'aurais aimé qu'il y eût de la neige au sol. La neige, même avec un temps grisâtre et maussade, réfléchit la lumière et aurait permis d'éclairer le rapace charognard par-dessous.

 

CS6J8304

 

CS6J8301

 

Le milan royal est erratique en cette période de l'année. Il est migrateur partiel au nord mais peut être aussi sédentaire. Bientôt vont arriver les milans noirs, plus petits, qui eux partent en Afrique tout l'hiver.

 

CS6J8321

 

Je me suis précipité en plaçant à la hâte les restes de volaille. Pour ne pas les voir sur la photo, je les ai mis dans un petit sillon de la pâture. Bien mal m'en a pris! Une buse, des corneilles et des pies viennent au bout de 3 heures d'affût mais je ne peux pas les voir car les oiseaux sont aussi dans le sillon! J'attends que les oiseaux soient partis pour sortir de l'affût et changer la viande de place. Normalement, cette sortie devrait me faire perdre encore 3 heures... Même si je ne vois plus les oiseaux, ils sont postés non loin et un humain marchant dans la pâture n'échappera pas à leur regard. Je marche debout sans me courber et mes pas font crisser les feuilles. Quelle n'est pas ma surprise en découvrant à moins de 10m devant moi une buse qui se délecte des restes en me tournant le dos! Je suis obligé de faire du bruit pour ne pas la surprendre de trop près.

 

CS6J8212

 

C'est la première fois qu'une corneille noire se pose auprès d'un appât que j'ai placé. D'habitude, les corneilles aperçoivent la nourriture très vite mais restent très méfiantes. Jusqu'à présent, je ne les avais jamais vues descendre au sol contrairement aux buses. 

 

CS6J8236

 

Les corvidés de manière générale (surtout les corneilles, les corbeaux freux et les pies bavardes) sont très méfiants vis-à-vis de l'homme et savent souvent détecter les leurres qui leur sont tendus par les piégeurs.

 

CS6J8220

 

CS6J8273

 

Les corneilles houspillent sans cesse les rapaces (elles n'hésitent pas à s'attaquer à des aigles ou à des pygargues, alors une buse...). Les "becs droits" n'ont pas peur des "becs crochus" à qui ils disputent leur nourriture. Ici, c'est une autre buse que celle que j'ai fait fuir en sortant de l'affût mais elle n'est finalement pas allée vers les déchets de boucherie.

 

CS6J8277

 

Elle s'est contentée de faire fuir la corneille.

 

CS6J8239

 

Dix minutes après avoir réintégré mon affût, je me prépare en maugréant contre moi-même à une longue attente de plusieurs heures avant de voir réapparaître le premier oiseau. Dix minutes après, coucou! qui revoilà? Le milan royal qui n'avait pas réapparu depuis les premières lueurs du jour. Le moyen le plus facile de le reconnaître est sa queue échancrée en V.

 

CS6J8259

 

Même cinéma que le matin : le milan tourne, tourne et se pose 3 fois au sol près de la viande pour redécoller illico. Dommage...

 

CS6J8325

 

Finalement, il essaie de se poser sur le cime d'un arbre mais sur une branche tellement fine pour lui qu'il ne peut garder son équilibre. Epilogue de cet affût : le milan part suivi de près par le photographe. Je n'aurai pas vu la buse blanche mais un milan royal. Je ne perds pas au change.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Merle noir, pic épeiche (Marquenterre)

2 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

marquenterre3 0321

 

En voilà un "bétail de min coin" commun. Plus commun tu meurs! Et pourtant, je n'avais aucune photo potable de merle noir jusqu'à présent. Désintérêt de ma part? Peut-être. Mais cet oiseau que l'on voit si souvent comme la pie bavarde, le corbeau freux ou la corneille n'est pas si facile que ça à photographier. Une des raisons est la noirceur de son plumage qui n'est pas évident à gérer photographiquement parlant. Ici à l'ombre, je trouve son plumage superbe. On dirait qu'il est en costume de soirée.

 

marquenterre3 0273

 

Madame tire plutôt dans le ton marron.

 

marquenterre3 0357

 

L'oeil cerclé d'or.

 

marquenterre3 0355

 

CS6J8118

 

J'ai assisté à une scénette intéressante. Pour attirer le pic épeiche, j'ai appliqué de la graisse végétale derrière ce tronc mais c'est la merlette qui détecte la nourriture en premier. N'ayant pas comme le pic la faculté de grimper au tronc, elle s'envole et tant bien que mal, va picorer un bout de graisse...

 

CS6J8104

 

...avant de se laisser tomber la tête la première au sol.

 

CS6J8125

 

Ce petit manège va se reproduire plusieurs fois. Ici, la merlette se nourrit tel un colibri.

 

CS6J8138

 

Aïe! Le bec fiché dans le tronc! Simple illusion d'optique bien évidemment.

 

CS6J8141

 

Cet exercice étant tout de même très fatigant,

 

CS6J8163

 

la merlette va opter pour une autre solution faisant appel à... ses méninges?

 

CS6J8173

 

Elle va venir s'agripper au lierre et contourner le tronc en restant accrochée. Bien calée, elle va pouvoir festoyer sans ces allers-retours épuisants au sol et semble me crier au visage sa victoire.

 

marquenterre3 0361

 

Tout cela sous le regard impassible de Monsieur.

 

CS6J8102

 

Le pic épeiche se montre enfin.

 

marquenterre3 0391

 

C'est monsieur,

 

marquenterre3 0390

 

comme sa nuque rouge l'indique.

 

CS6J8098

 

Bye.

Voir les commentaires

Accenteur mouchet, bruant jaune, pinson des arbres (Marquenterre)

1 Mars 2013 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

marquenterre3 0294

 

Voilà un visiteur peu régulier et assez farouche qui se fait houspiller par tous les autres passereaux : l'accenteur mouchet. Il lui faut attendre le bon moment pour son festin, à savoir une opportunité de quelques secondes où il sera seul.

 

marquenterre3 0416

 

Bruant jaune mâle, magnifique dans son plumage d'hiver. Il sera encore plus beau en plumage nuptial.

 

CS6J7965

 

Rouge-gorge familier.

 

marquenterre3 0317

 

Pinson des arbres mâle.

 

marquenterre3 0286

 

marquenterre3 0332

 

marquenterre3 0406

 

Le bruant se nourrit beaucoup au sol. 

 

marquenterre3 0411

 

marquenterre3 0301

 

marquenterre3 0316

 

Quelle poitrine! Notre pinson voudrait-il se faire plus gros que le boeuf? En réalité, les oiseaux gonflent leur plumage en hiver pour se réchauffer. On a parfois du mal à les reconnaître au printemps. On a l'impression qu'ils ont diminué de moitié et se sont racheté une nouvelle ligne (plus gracieuse) pour les parades nuptiales.

 

Voir les commentaires