Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Hibou des marais (Vallée de la Haute-Somme)

27 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J0695

 

Hibou des marais au petit jour. Ce rapace semi-diurne reste au sol en dehors des périodes de chasse. Camouflé dans les herbes et sûr de son mimétisme, il reste immobile, ce qui garantit (presque) son invisibilité.

 

CS6J0652

 

Lever du soleil sur la vallée de la Haute-Somme près de Corbie.

 

CS6J0656

 

La même non sous-exposée.

 

CS6J0778

 

Les hiboux s'adaptent à leur environnement. Sur la côte picarde où je les ai observés, ils se perchaient sur les traverses de chemin de fer qui faisaient office de piquets pour les pâtures. Ici, ce ne sont que des grandes cultures. Les hiboux se contentent des grosses mottes de terre des labours.

 

CS6J0709

 

Souvent, je ne les découvre qu'au dernier moment. Chaque herbe, chaque enfractuosité de terrain est susceptible d'abriter un hibou. Je peux passer à 2m d'eux sans les voir.

 

CS6J0826

 

 

CS6J0747

 

 

CS6J0748

 

 

CS6J0664

 

Je suis avec mon 70-200 F/2,8 monté sur un multiplicateur 1,4. Je dois dire que je suis assez déçu : les photos manquent de piqué et sont pratiquement toutes floues. C'est l'effet multiplicateur car je n'ai pas ce problème si j'utilise le zoom seul.

 

CS6J0760

 

 

CS6J0782

 

Motte de terre souvent utilisée comme perchoir; les fientes en témoignent .

 

CS6J0806

 

 

CS6J0815

 

 

CS6J0511

 

Quatre hiboux sur cette photo!

 

CS6J0518

 

 

CS6J0554

 

Bon, j'avais mis un perchoir pour détacher un hibou de l'arrière-plan mais je suis trop loin avec mon 200mm. Je réessaierai avec une plus longue focale car ce perchoir ne fait pas très naturel, je le reconnais.

 

CS6J0565

 

 

CS6J0581

 

Combien de hiboux?

 

CS6J0598

 

 

CS6J0647

 

Dégel des sols.

 

CS6J0831

 

 

CS6J0833

Voir les commentaires

Héron cendré, butor étoilé (Vallée de l'Hallue)

26 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J0463

 

Cela fait plusieurs fois cet hiver que j'affûte pour photographier le fantôme des marais : le butor étoilé. Mon affût est en place depuis début décembre. La présence du butor a été signalée au bord de ce cours d'eau à plusieurs reprises. Il doit passer ici. Le mercure affiche -6°C et c'est un héron cendré qui fait son apparition. Je suis au 70-200mm. L'échassier est à moins de 3m de moi. Il est 8h30. Mes réglages : 1600 ISO à F/2,8 au 1/100è. Le héron reste à ma hauteur de longues minutes. Il m'observe du coin de l'oeil. Je ne dois pas bouger une oreille sous peine d'envol immédiat.

 

CS6J0471

 

Il descend dans le ruisseau et part pêcher. Le soleil se lève.

 

CS6J0491

 

Fleur de berce...givrée!

 

CS6J0489

 

 

CS6J0474

 

 

CS6J0495

 

 

CS6J0498

 

 

CS6J0469

 

Le héron cendré remonte. J'amorce un très léger mouvement pour décaler mon objectif sur la droite. Hélas, le moindre mouvement l'effraie. Jamais vu d'oiseau aussi farouche!

 

CS6J0427

 

Allez, pour la forme, la seule fois où j'ai aperçu le sieur butor cet hiver. Cette matinée-là, il fait -11°C. Le butor arrive juste au lever du jour, 15 minutes après moi. Il atterrit dans une minuscule roselière, plutôt une bande de roseaux bordant un fossé. Il y reste 3 heures sans bouger! On peut le deviner en bas à droite, le cou tendu. C'est une attitude typique de mimétisme avec les roseaux pour se fondre dans le décor. Malgré mes deux grosses paires de chaussettes et mes bottes en gore-tex fourrées, je ne sens plus mes orteils. Il est temps de partir.

 

CS6J0439

 

Le butor est à une bonne quarantaine de mètres. Je sors de l'affût et scrute l'endroit où l'oiseau a passé, immobile, les trois dernières heures. Plus rien. je me dis qu'il a dû partir quand je suis sorti de mon affût. Je m'approche tout doucement et ne vois rien du tout. Arrivé à 5m des roseaux, hop! il décolle. Il s'était déplacé de quelques mètres mais son camouflage est parfait. Désolé de t'avoir dérangé butor, d'autant que ma photo en vol est floue...

Voir les commentaires

Le parc du Marquenterre sous la neige

23 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

CS6J9834

 

D'ordinaire, le parc accueille une grue cendrée depuis plusieurs années. Blessée, elle ne peut plus voler. En cette mi-février, une grue adulte et une jeune sont restées quelques jours en hivernage.

 

CS6J0328

 

Le râle d'eau d'ordinaire si discret est plus visible par grand froid. De nombreux individus n'ont pas supporté les basses températures et ont succombé.

 

CS6J0197

 

Tadornes de Belon sur leur matelas de glace.

 

CS6J9902

 

Canards colvert.

 

CS6J9949

 

 

CS6J0352

 

Vanneau huppé esseulé se protégeant comme il peut du vent glacial.

 

CS6J0354

 

Barges à queue noire effarouchées par quelque chose d'indéterminé. Pas de rapace en vue et pourtant, elles ont toutes décollé pour se reposer quasi instantanément.

 

CS6J0357

 

 

CS6J0364

 

 

CS6J0366

 

 

CS6J0382

 

 

CS6J9848

 

De grands mouvements migratoires d'oies cendrées ont été observés ces derniers jours. Juste après la fermeture de la chasse.

 

CS6J9874

 

 

CS6J9880

 

 

CS6J9851

 

Vol de tadornes de Belon.

 

CS6J9855

 

 

CS6J9909

 

 

CS6J9936

 

 

CS6J9954

 

Foulque macroule.

 

CS6J9991

 

 

CS6J9997

 

Troglodyte mignon.

Voir les commentaires

Spatules blanches (Parc du Marquenterre)

22 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

CS6J9930

 

"La Spatule hiverne au parc depuis au moins 1987. Les effectifs ont progressivement augmenté au gré des vagues de froid pour atteindre jusqu’à 22 individus mais les vagues de froid ont tendance à interrompre cet hivernage ou à laisser des oiseaux morts sur la glace. La majorité sont des juvéniles et des immatures. Avec le temps les oiseaux peuvent prendre de l’expérience et supporter mieux les coups de froid en ayant en mémoire les lieux de nourrissage les plus favorables en estuaire. Ainsi cette année on a eu jusqu’à 22 individus jusqu’à mi décembre puis 16 puis 12 et enfin 0 au cœur du coup de froid, un adulte est revenu le 20 février." me raconte Philippe Carruette, responsable pédagogique du parc du Marquenterre.

 

CS6J9892

 

 

CS6J0215

 

Spatule juvénile.

 

CS6J0226

 

 

CS6J0253

 

 

CS6J0178

 

 

CS6J0265

 

On peut remarquer les rémiges et liserets noirs encore présents chez la jeune spatule qui disparaîtront en passant à l'âge adulte.

 

CS6J0266

 

 

CS6J0267

 

 

CS6J0271

 

 

CS6J0272

 

 

 

Voir les commentaires

Cigognes blanches (Parc du Marquenterre)

20 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 

CS6J0154

 

Le parc du Marquenterre après la première averse de neige de l'hiver. Le temps est couvert mais le peu de neige tombé durant la nuit réhausse bien les couleurs.

 

CS6J0065

 

C'est le plus important hivernage de cigognes blanches jamais vu au parc. On a compté une cinquantaine d'échassiers. De nombreux individus ne sont pas bagués et quelques spécimens proviennent de Belgique et des Pays-Bas. Certains même ont été bagués au parc.

 

CS6J0155

 

Pas facile de photographier sous la neige. Si la neige rééclaire les sujets par le bas, elle "trompe" l'exposition de l'appareil dont le blanc est calculé sur un gris neutre. Il faut donc surexposer d'un diaph pour obtenir le blanc de la neige et du plumage (sinon, ça tire vers le gris-bleu).

 

CS6J0186

 

Les oiseaux sont transis par le froid vif. Pour se réchauffer, ils gonflent leur plumage et se mettent le bec au chaud.

 

CS6J0156

 

 

CS6J0145

 

 

CS6J0320

 

Une des plateformes du parc qui habituellement accueille au printemps les nichées et les cigogneaux.

 

CS6J0107

 

 

CS6J0159

 

 

CS6J0235

 

99% des plans d'eau du parc étaient gelés pendant les deux semaines de grand froid de février. Les oiseaux se regroupent autour des trous d'eau faits par les employés du parc qui y ajoutent de la nourriture.

 

CS6J0072

 

 

CS6J0038

 

 

CS6J0061

 

 

CS6J0040

 

 

CS6J0046

 

 

CS6J0093

 

 

CS6J0125

 

 

CS6J0112

 

 

CS6J0089

 

 

CS6J0157

 

 

CS6J0136

 

 

CS6J0279

 

 

CS6J0297

 

Cigogne blanche et ses bacchantes assorties.

 

 

 

Voir les commentaires

Hibou des marais (Haute-Somme)

14 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

CS6J9249

 

Rencontre matinale et glaciale avec ce hibou des marais juvénile. Cette motte de terre de labour est un perchoir suffisant.

 

CS6J9391

 

Chat ou hibou?

 

CS6J9252

 

 

CS6J9375

 

Il fait -11°C. Mieux vaut attendre au sol, à l'abri du vent dans les hautes herbes et emmagasiner le peu de chaleur du soleil d'hiver.

 

CS6J9279

 

 

CS6J9285

 

 

CS6J9245

 

 

CS6J9293

 

 

CS6J9399

 

Erich von Stroheim et son monocle!

 

CS6J9419

 

 

CS6J9425

 

 

CS6J9440

 

 

CS6J9337

 

 

CS6J9454

Voir les commentaires

Hibou des marais (Côte picarde)

12 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

CS6J9634

 

Le hibou des marais planant dans son environnement : la roselière.

 

CS6J9638

 

Les températures ont fortement chuté. A 15h00, deux hiboux font leur apparition et amorcent un combat aérien.

 

CS6J9641

 

Scène impressionnante et un peu lointaine que j'ai recadrée. Malheureusement, ce combat n'aura duré qu'une minute.

Deux hiboux se battant en duel de toute l'après-midi, il faudra m'en contenter...

 

CS6J9642

 

 

CS6J9639

 

 

CS6J9643

 

Est-ce dû à la chute des températures, au durcissement du sol ou à la raréfaction des proies? En tout cas, la colonie riches de plusieurs individus ne s'est pas montrée ou bien est partie sous d'autres cieux.

 

CS6J9644

 

 

CS6J9742

 

Un autochtone, fusil en bandoulière. On a pu voir des hiboux chassant auprès de chasseurs à faible distance, ce qui montre que les coups de fusil illégaux envers les rapaces protégés sont en voie de disparition. Petite modération : un hibou avec un gros trou dans l'aile forcément dû au plomb a été vu dans les parages.

 

CS6J9821

 

 

CS6J9822

 

 

CS6J9827

 

Une superbe lumière de fin de journée mais foin de hibou. Dommage...

 

Voir les commentaires

Faucon crécerelle (Côte picarde)

10 Février 2012 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

CS6J9798

 

Un petit rapace très commun qui m'a toujours interpellé et donné le virus de la photo animalière à l'instar de la chouette effraie.

Ici, cette femelle de faucon crécerelle pratique non pas la position du missionnaire mais le vol du Saint Esprit. Il s'agit de voler en faisant du surplace pour repérer un rongeur puis de fondre sur sa proie. Qui n'a pas observé cette technique de chasse au volant de sa voiture? Pour arriver à produire un tel effort, la musculature des ailes doit être impressionnante.

 

CS6J9673

 

Le repos du guerrier. Le faucon crécerelle ne dédaigne pas un poste de garde pour observer son territoire et ses proies.

 

CS6J9526

 

 

CS6J9531

 

 

CS6J9736

 

Le faucon a semble-t-il repéré quelque chose au sol. Je suis posté dans mon affût à moins de 5m et ma présence ne l'effraie pas du tout.

 

CS6J9739

 

Avant le grand saut...

 

CS6J9740

 

 

CS6J9762

 

Je suis content car c'est la première fois que je peux observer cette position stationnaire d'aussi près. Bon, je n'aime pas trop les fonds de ciel bleu mais je m'en contenterai pour cette fois-ci.

 

CS6J9807

 

On remarque bien l'assise sur l'air grâce aux plumes de la queue bien écartées.

 

CS6J9817

 

Il bat vivement des ailes, ce qui ne laisse pas de doute quant à son identification.

 

CS6J9666

 

Le plumage de la femelle de faucon crécerelle est plus terne que celui du mâle qui tire beaucoup plus sur le rouge.

 

CS6J9681

 

Malgré sa petite taille (envergure de 68 à 78cm), le faucon crécerelle a des serres bien acérées qui ne laissent que peu de chances aux micro-mammifères et autres insectes dont il se nourrit.

 

CS6J9692

 

 

CS6J9695

 

 

CS6J9720

 

 

CS6J9818

Voir les commentaires