Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Dans un bois près d'Amiens (chevreuils)

30 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

Petite balade dans un bois que j'affectionne. Je suis en voiture sur un chemin forestier, je roule au pas.

 

 9x7d5452

 

À une vingtaine de mètres se tient un brocard avec des bois asymétriques et bien pointus qui semble être le maître de la harde. Il me fixe sans ciller.

 9x7d5432

 

Un jeune mâle en velours se tient non loin de lui avec trois chevrettes. Ils se tiennent à distance sans fuir. Mon moteur tourne. J'avance ou recule de quelques centimètres pour effacer une branche entre les animaux et mon objectif. Il fait relativement sombre. Je travaille à main levée à pleine ouverture avec une vitesse au 1/100ème à 800 ISO. Inutile de dire qu'il y a beaucoup de gaspillage.

 

 9x7d5478

 

 

 9x7d5400

 

 

 9x7d5383

 

Une chevrette s'apprête à traverser une plus grande allée...

 

 9x7d5390

 

...suivie de son jeune.

 

 9x7d5491

 

On savait les chevreuils excellents sauteurs, eh bien on peut dire que la souplesse est une autre de leurs qualités.

 

 9x7d5492

 

Bye.

Voir les commentaires

atmosphère printaniere

28 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion

Petit intermezzo printanier de mon jardin d'Amiens. C'est un réel plaisir de voir la vie reprendre ses droits.

 

 camon 2461 bis

 

 Les bourgeons duveteux du cognassier.

 

 camon 2471 bis

 

Quand je pense aux coings que nous récolterons à l'automne. Mmm...

 

 camon 2474 bis

 

Bourgeons des saules que nous avons plantés tressés autour de notre mare. Il a suffi de couper des branches de saules à l'automne et de les planter d'une dizaine de centimètres en terre pour qu'ils reprennent au printemps.

 

 camon 2445 bis

 

Bourgeons du... cerisier bien sûr.

 

 camon 2446 bis

 

Plus foral avec les jonquilles...

 

 camon 2397 bis

 

... les crocus,

 

camon 2400 bis 

 

et les primevères, premières fleurs de la fin de l'hiver.

Voir les commentaires

Hâble d'Ault (bruant des roseaux, aigrette garzette, tarier pâtre, canards souchets, lapins de garenne)

25 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

Bienvenue au hâble d'Ault, réserve avifaune située entre les falaises crayeuses d'Ault et la baie de Somme. L'endroit est riche en huttes de chasse et donc en oiseaux. C'est une halte migratoire pour nombre d'entre eux. Je me balade et au détour d'une petite roselière de fossé, un chant attire mon attention.

 

 9x7d5088-copie-1

 

Un bruant des roseaux mâle tout-à-fait compatissant se prête au jeu de la séance photo.

 

 9x7d5075

 

Le bruant des roseaux porte bien son nom.

 

 9x7d5093

 

C'est bizarre, j'ai l'impression que les couleurs de son plumage sont un peu plus ternes que les bruants mâles que j'ai pu observer auparavant. Peut-être n'est-ce pas encore le plumage nuptial définitif?

 

 9x7d5112

 

J'étais à 5 ou 6 m de lui. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ma présence ne le dérangeait pas du tout. Je dois préciser que je n'étais pas à deux pattes mais à quatre roues.

 

 9x7d5122

 

 

 9x7d5135

 

 

 9x7d5147

 

À l'origine, j'étais venu avec l'espoir d'observer des hiboux des marais. Mon coeur bat, je vois à la jumelle un rapace sur un piquet. Je mets mon multiplicateur de focale. Damned! ce n'est qu'une buse!  Et sur le moment, je me traite de noms d'oiseaux, essentiellement de grosse buse!

 

 9x7d5056

 

Scène assez incroyable que j'ai pu observer à deux reprises : une aigrette garzette vient se reposer à découvert sur l'aire de jeux d'une colonie de lapins de garenne.

 

 9x7d5057

 

Ses comparses chassent dans les nombreux rieux (petits cours d'eau) alentours mais elle reste là à se dorer au soleil couchant. Les lapins l'ignorent et batifolent parfois en fonçant sur elle, ce qui provoque quelques mouvements de nervosité vite passés chez notre aigrette.

 

 9x7d5068

 

 

 

 

 9x7d5158

 

Couple de tariers pâtres arrivés de migration en cette mi-mars. Ils se tiennent à distance sur deux piquets de clôture.

 

 9x7d5176

 

Monsieur Tarier.

 

 9x7d5178

 

 

9x7d5205

 

 

 9x7d5181

 

 

 9x7d5182

 

Coucou qui revoilou? Notre bruant des roseaux. Il batifole avec Madame dans les roseaux. La scène est jolie mais un peu trop rapide pour moi.

 

 9x7d4927

 

Tiens, une autre aigrette en chasse. C'est un ballet incessant entre les garzettes et les grandes aigrettes. Un vrai festival. 

 

 9x7d4929

 

Les ailes du désir.

 

 9x7d4904

 

Revoici notre tarier pâtre mâle.

 

 9x7d4905

 

Il fait face à sa femelle.

 

 9x7d4901

 

Bon, c'est une photo pour les connaisseurs du lieu avec la chateau d'eau en arrière-plan. La femelle est sur le haut du buisson à gauche.

 

 9x7d4909

 

Étrangement, c'est comme si c'était la femelle qui paradait. Le mâle reste stoïque sur son perchoir et c'est la femelle qui virevolte.

 9x7d4871

 

Vol de canards souchets.

 

 9x7d4874

 

 

 9x7d5163

 

 

 ault 2429 bis

 

 

 ault 2434 bis

 

Une fois n'est pas coutume, j'ai pris avec moi d'autres objectifs que le télé, notamment le grand angle. Il fait très beau ce jour-là. Le hâble n'est séparé de la mer que par une digue et on voit le soleil se coucher à l'horizon.

 

 ault 2414 bis

 

 

 9x7d5201

 

 

 9x7d5204

 

 

 9x7d5211

 

Juste avant de repartir, j'aperçois mon tarier pâtre qui se détache sur le soleil couchant. Combien de temps va-t-il rester perché là? Vite, je sors mon objectif.

 

 9x7d5216

 

C'est la course contre la montre. L'oiseau va et vient. Ouf! il reste. Mais c'est quand je veux cadrer que je m'aperçois de la rapidité avec lequel l'astre se couche.

 

 9x7d5220

 

Je mets mon muliplicateur de focale car je crains que le tarier ne s'envole si je m'approche. Le temps de le faire, tout le cadre est à refaire. Un peu de précipitation et j'oublie de faire une mesure spot sur le soleil. Les couleurs sont un peu plus pâlotes qu'en réalité. Dommage. Mais j'aime bien ce tarier comme posé sur le disque solaire.

 

 9x7d5222

 

Mon trépied est dans le coffre. Dois-je prendre le temps de tout déballer? Je tente le tout pour le tout. Je mets tout ce qui me tombe sous la main sur le toit de la voiture pour caler mon télé. Rien à faire, je suis trop bas et le soleil qui descend inexorablement. Bon, je déclenche à main levée au 1/200ème.

 

 9x7d5232

 

Ça valait quand même le coup, non? Bonne nuit, Monsieur tarier.

Voir les commentaires

Aux alentours d'Amiens (poules faisanes, lièvre)

23 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 9x7d4993

 

Voici une photo que je n'aurais jamais pensé faire ce matin-là. En effet, je suis dans ma voiture, penaud, après deux heures sous affût et pas grand chose à se mettre sous la dent. J'étais venu à l'aube de cette mi-mars retenter ma chance pour le bouquinage des lièvres. Les seuls spécimens sont passés au lointain me dédaignant. Je remballe mon affût, rentre en voiture et quitte les lieux. Au bout de 50m, je vois un lièvre au loin. Bon sang, il fonce droit sur moi. Je baisse la vitre malgré le vent glacé. Sur ce chemin de terre, j'ai toujours mon appareil à côté de moi. Il court 200m en plein sur moi, je n'arrive même plus à le cadrer! Le poil sur son dos est incroyable! Au dernier moment, il évite quand même ma portière, fait le tour du capot et disparaît dans un petit bois.

 

 9x7d4980

 

Voici notre pépère dans sa folle course vers ma direction. Absence de peur? M'a-t-il seulement vu? Je ne sais répondre à cette question.

 

 9x7d4985

 

 

 9x7d4953

 

Juste avant, des poules faisanes ont trompé mon ennui matinal. En cette mi-mars, les gelées sont toujours de mise. Brr, je ne pensais pas avoir si froid.

 

 9x7d4941

 

 

 9x7d4966

 

Comme les perdrix, le plumage des poules épouse à merveille les labours.

 

9x7d4969

 

Les bourgeons qui annoncent les beaux jours.

 

9x7d4995 

 

Ah, j'allais oublier. En partant, je tombe sur une troupe de lièvres qui bouquinent au loin. On a plus de chance de voir ce genre de scène à l'approche. Mais pour faire une photo digne de ce nom, c'est une autre histoire.

 

Voir les commentaires

Héronnière du parc du Marquenterre (cigognes blanches, hérons cendrés, spatules)

20 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

Le ballet aérien a commencé à la héronnière du parc du Marquenterre. Il est bien visible du poste d'observation. Les oiseaux vous passent juste au-dessus de la tête.

 

 9x7d4825

 

Les gros porteurs sont entrés en scène. Les cigognes cherchent au sol des matériaux pour la construction des nids.

 

 9x7d4824

 

 

 9x7d4829

 

Vu la taille des branches, on comprend que certains nids de cigognes puissent atteindre les 200kg après plusieurs années!

 

9x7d4821 

 

Plusieurs nids sont déjà occupés. Quand on en trouve un des années passées, mieux vaut y rester. Mais rien n'est jamais acquis en ce bas monde : les bagarres pour tentative d'expulsion sont farouches et nombreuses.

 

9x7d4765

 

Virage sur l'aile.

 

 9x7d4841

 

 

 9x7d4778

 

 

 9x7d4779

 

 

 9x7d4747

 

Certains ont élu domicile à la cime des pins.

 

 9x7d4329

 

D'autres sont à mi-hauteur.

 

 9x7d4742

 

Avec la remontée des températures, les hormones s'échauffent. Ce mâle arrive toutes ailes déployées.

 

 9x7d4767

 

Sous le regard d'un comparse, il bisouille sa dulcinée...

 

9x7d4770 

 

... puis cette scène ô combien torride qui se passe de commentaires. Après l'accouplement, nos deux cigognes manifestent leur joie par de sonores claquements de becs.

 

 9x7d4803

 

Les hérons cendrés ne sont pas en reste mais sont moins nombreux (pour l'instant) que l'an passé (200 individus).

 

 9x7d4806

 

L'arrivée des matériaux de construction conduit toujours à des scènes de liesse. Je ne comprends pas que ma femme n'en prenne pas de la graine quand je ramène des branches qui serviront de perchoirs à oiseaux dans le jardin!

 

 9x7d4733

 

 

 9x7d4312

 

 

 9x7d4814

 

Les hérons, comme les aigrettes garzettes et grandes aigrettes, rentrent leur cou en vol.

 

 9x7d4812

 

L'exception qui confirme la règle.

 

 9x7d4722

 

Certaines cigognes préfèrent les plateformes mises à leur disposition par le parc.

 

 9x7d4793

 

Les spatules pour l'instant ne transportent pas de matériaux mais commencent à investir la héronnière.

 

 9x7d4791

 

 

 9x7d4832

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Parc du Marquenterre (grue cendrée, rouge-gorge, cigogne blanche, accenteur mouchet, tadorne de Belon, grèbe castagneux, canards colvert, cygne tuberculé, ...)

18 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #côte picarde

 

 9x7d4360

 

Le soleil est déjà bien haut ce matin au parc du Marquenterre et la lumière bien dure. J'en profite pour essayer un contre-jour sur le petit parcours rouge avec un rendu en ombre chinoise sur la seule grue cendrée du parc. L'auto-focus ayant du mal à faire la mise au point, je dois passer vite en manuel pour prendre le cliché.

 

 9x7d4421

 

En poursuivant mon chemin, je tombe sur un rouge-gorge pas farouche pour un sou. Il se perche dans les argousiers sans prêter attention à moi plus que de mesure.

 

 9x7d4445

 

Il vole de perchoir en perchoir...

 

 9x7d4468

 

 

 9x7d4486

 

...et se nourrit au sol en retournant les feuilles et la mousse. J'ai d'ailleurs vu deux rouge-gorges à une quinzaine de mètres l'un de l'autre. Sûrement un couple car ce passereau très territorial ne supporte pas la concurrence d'un de ses congénères.

 

 9x7d4354

 

Comme un souvenir de Venise : j'ai l'impression que cette cigogne porte un masque vénitien.

 

 9x7d4351

 

Bon, pourquoi cette photo? Un atterrissage trop près pour ma focale mais réflexion faite, j'aime bien la variation des couleurs des plumes passant du gris, au bleu puis au noir.

 

 9x7d4540

 

Grèbe castagneux portant dans son bec une plume pour la construction du nid.

 

 9x7d4606

 

Cane colvert en vol.

 

 9x7d4556

 

 

 9x7d4561

 

Les cigognes affectionnent ces endroits peu profonds où elles peuvent chasser les batraciens.

 

 9x7d4662

 

Cygnes tuberculés à la toilette.

 

 9x7d4666

 

 

 9x7d4668

 

Accenteur mouchet.

 

 9x7d4619

 

Fuligule morillon reconnaissable à sa houpette...

 

 9x7d4700

 

...et à son oeil jaune.

 

 9x7d4710

 

Le canard colvert porte bien son nom.

 

 9x7d4669

 

Tadorne de Belon au poste 6.

 

9x7d4686 

 

Prochain article prochainement sur la héronnière du parc où tout s'agite. Le printemps est tout proche.

 

 

 

Voir les commentaires

Aux alentours d'Amiens (perdrix grise, lièvres qui bouquinent, chevreuils)

11 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

Un coin près de chez moi que j'affectionne tout particulièrement car riche en "bétails". Une petite balade en voiture avec l'appareil photo sur le rebord de la vitre. Ainsi, on passe plus inaperçu qu'en tant que piéton. Je suis sur un chemin de terre, en seconde et roule ma poule.

 

 9x7d4042

 

Je vois un peu plus de perdrix grises que l'année passée. Elles sont souvent aux bords des chemins, là où les chasseurs laissent des agrainoirs, et ne sont pas très farouches.

 

 9x7d4037

 

Toujours ce mimétisme avec les labours. La perdrix reste immobile, sa meilleure défense. Elle ne s'enfuiera qu'au dernier moment. Elle ne s'envolera qu'en cas de distance trop proche avec le danger. Comme le faisan, elle préfère se déplacer en courant.

 

 9x7d4218

 

Les perdrix grises sont souvent par deux.

 

 9x7d4098

 

Cachées des regards au milieu des jeunes pousses.

 

 9x7d4127

 

Les perdrix ne sont pas seules : un lièvre s'est gîté à mon approche.

 

 9x7d4138

 

Je continue mon chemin et là, scène extraordinaire et inédite pour moi : deux lièvres bouquinent sans se soucier de moi. Malheureusement, j'avais monté mon doubleur de focale x1,3 pour le lièvre gîté et immobile et je n'ouvre qu'à 5,6. La lumière de fin de journée est très belle mais ma vitesse est très basse (1/160è) pour de tels combats. Je travaille à 500 ISO. J'aurais dû pousser plus ma sensibilité et enlever le doubleur.

 

 9x7d4137

 

Mes photos sont donc floues mais l'instant m'a tellement fait vibrer que je ne peux résister à vous montrer quelques clichés parmi les plus présentables. Les lièvres mâles se battent au début des beaux jours, se boxent avec violence. Puis ce sont de formidables courses-poursuites et sauts périlleux entre bouquins et hases. Plus que les photos, ce sont des instants magiques qui resteront j'espère pour longtemps gravés dans ma mémoire.

 

 9x7d4151

 

Je suis retourné le lendemain pour essayer d'assister à nouveau à une telle scène mais hélas j'ai fait chou blanc.

J'ai déjà eu beaucoup de chance de pouvoir observer une telle scène. Et je me dis que pour une bonne photo, les conditions à réunir sont nombreuses! Être là au bon moment, au bon endroit, avec la bonne lumière et un fond qui le fait bien. ça fait beaucoup, non? En se baladant en voiture, on a plus de chances de tomber sur la scène mais on est visible et on ne contrôle pas l'arrière-plan qui est celui où se passe la scène. 

À l'affût, on maîtrise plus cet aspect des choses mais il faut que la scène se produise là où on est. Plutôt aléatoire...Mais bon, il ne faut pas négliger le facteur chance. Et au moins repérer un endroit à lièvres et espérer tomber sur un bouquinage. Concernant ce terme, il vient de "bouquin" qui désigne le mâle reproducteur. ( la femelle étant la hase). À la fin de l'hiver et au début du printemps, c'est la période du rut et de l'accouplement. Les lièvres se poursuivent avec une grande agitation.

 9x7d4200

 

En poursuivant ma route, je tombe sur une petite harde de chevreuils qui me regarde passer. On voit bien le brocard en velours au milieu.

 

 9x7d4255

 

À la lisière d'un bois, c'est toute la famille garenne qui est de sortie!

 9x7d4268

 

Fin de journée dans la banlieue d'Amiens. Eh oui, en Picardie, qui a dit qu'il n'y a pas de soleil?

 

 9x7d4278

 

A la revoyure.

Voir les commentaires

Faucon crécerelle, busard St Martin (Thiérache axonaise)

6 Mars 2011 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Thiérache

 

 

 9x7d3995

 

Un faucon crécerelle mâle, ma petite récompense après une journée d'affût. Il diffère de la femelle par une queue barrée d'une bande noire (plusieurs barres chez la femelle).

La journée fut longue et rude. J'étais venu pour une pie grièche grise qui n'a jamais pointé le bout de son bec. Le soleil se lève ainsi qu'un vent de nord-est qui s'engouffre par les ouvertures latérales de l'affût et me glace les os. 

 

 9x7d3981

 

Plusieurs busards St Martin ont été signalés, deux femelles et un mâle. Je suis en poste avant 7h00 et la femelle arrive à ...midi. J'ai failli attendre! Rien à se mettre sous la dent pendant tout ce temps à part un coq faisan qui passe dans un angle mort de l'affût.

 

 9x7d3931

 

La technique de chasse du busard est de planer au ras du sol ou de faire de petits bonds de quelques mètres pour surprendre des mulots.

 

 9x7d3959

 

J'entends juste derrière moi des perdrix qui restent cachées dans une haie d'épines, sûrement peu rassurées par le manège du busard.

 

 9x7d3982

 

 

 9x7d3954

 

A partir de midi, le busard fait trois passages en dix minutes.

 

 9x7d3987

 

Et là, bye, bye busard. Un agriculteur vient travailler juste en face de moi dans le champ qui surplombe la pâture. Tudieu! Ça fait cinq heures que j'attends pour dix minutes d'observation. J'enrage.

 

 9x7d3989

 

Voici notre faucon crécerelle lui aussi dérangé par le tracteur.

 

 9x7d3992

 

Il file droit vers moi et passe juste au-dessus de l'affût.

 

 9x7d3993

 

Par réflexe, je regarde par ma fenêtre latérale. Le faucon s'est perché sur la haie qui est juste derrière moi. La branche est tellement fine que je réalise combien le faucon est léger. Je tourne mon objectif sur sa rotule au maximum. Le rapace ne remarque rien. Je suis content car c'est la première fois que j'en vois un d'aussi près. C'est le bétail de min coin par excellence, l'oiseau commun du bord des routes mais qui ne se laisse pas facilement photographier. Pour preuve, au premier déclanchement, il tourne la tête vers moi et s'enfuit.

Je plie les gaules un peu frustré malgré tout et j'assouvis un besoin naturel. Un couple de mésanges à longue queue vient se percher à 20 cm au-dessus de ma tête. Grmbl... Dire que j'ai passé sept heures cloîtré dans une tente...

À la prochaine.

 

 

 

Voir les commentaires