Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Bétails de min coin

Hibou moyen-duc (Thiérache axonaise)

29 Décembre 2010 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Thiérache

 

 9x7d2370

 

Les hiboux moyens-ducs se regroupent en hiver dans des "dortoirs". On a donc plus de chances de les observer. Encore faut-il déceler leur présence. Le hibou moyen-duc est reconnaissable à ses yeux oranges.

 

 9x7d2366

 

Ici, une vingtaine d'individus a élu domicile dans une pâture typique de Thiérache bordurée par de vieux saules et charmes têtards qui leur offrent un refuge efficace. Les hiboux sont quasiment invisibles. Ils sont regroupés au coeur de l'arbre et passent complètement inaperçus. On peut être plus renseignés sur leur présence grâce aux pelotes de réjection qui jonchent le sol. Il faut passer à moins de 20m de l'arbre de façon fortuite pour qu'il sortent de leur tanière.  

 

 9x7d2371

 

On distingue les hiboux des chouettes par les aigrettes qui surplombent leur tête.

 

9x7d2380 

 

Le camouflage est parfait : pour distinguer le hibou dans sa cache de feuille de charme, mieux avoir l'oeil!

 

 

 

Voir les commentaires

Qui suis-je?

17 Décembre 2010 , Rédigé par Benoit Henrion

 

 

 camon 0928 bis

 

Je dessine sans crayon ni pinceau et je n'ai même pas besoin de mains. Qui suis-je? Le givre bien sûr. Je me suis lâché sur le vasistas de la maison exposé au Nord.

Voir les commentaires

Dans un bois près d'Amiens (pic épeiche, pic mar, geai des chênes, pie bavarde, bruant jaune, pinson des arbres, pigeon ramier, pinson du nord, faisan de colchide, merle noir)

15 Décembre 2010 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

 

 

 9x7d2053

 

Retour au bois. Le gel s'est installé, le soleil brille. Un pic épeiche annonce bruyamment son arrivée par de petits cris stridents et courts. C'est un mâle que l'on reconnaît à sa calotte rouge (noire pour la femelle).

 

 9x7d2052

 

Merci M. Le Pic d'avoir sonné le clairon. Je m'engourdissais avec le froid et sous mon double filet de camouflage, je ne vois pas toujours tout.

 

 9x7d1972

 

J'ai installé ce tronc pour qu'il s'y perche. Je regardais ailleurs et juste le temps de faire cette photo qu'il est déjà parti. Il n'y est venu qu'une fois en cinq heures. arf...

 

 9x7d1973

 

 

 9x7d1759

 

 

 9x7d2038

 

Le pic cherche sa nourriture dans l'écorce des arbres (larves, insectes)...

 

 9x7d2041

 

 

 9x7d2049

 

... mais ne dédaigne pas le sol pour trouver sa pitance.

 

 9x7d1636

 

Ah! J'avais bien vu la dernière fois. C'est bien un pic mar qui me rend visite, malheureusement sur une mangeoire. Il se différencie du pic épeiche par son croupion rose pastel. Ici, c'est un mâle reconnaissable à sa calotte rouge lisse (arrondie pour la femelle).

 

 9x7d1764

 

Plusieurs geais tournent autour de moi mais je n'ai toujours pas de photo satisfaisante.

 

 9x7d1849

 

Ils sont très souvent au sol et n'utilisent pratiquement pas les perchoirs que j'ai mis à leur disposition afin qu'ils se détachent bien sur la photo.

 

 9x7d1531

 

 

 9x7d1603

 

Je suis entouré d'au moins 150 pigeons ramiers. Ils arrivent lentement dans la matinée. Quand un se pose au sol, les autres suivent peu à peu. C'est assez surprenant : on dirait que notre ramier a des ouïes!

 

 9x7d1594

 

Ils sont toujours sur le qui-vive.

 

 9x7d1771

 

Normal : pigeon plombé craint le fusil et "ches pigeonneux" sont  à nouveau dans les parages. Au premier coup de feu, c'est la débandade! Celui-là est à la limite de ma distance de mise au point.

 

 9x7d1781

 

Les autres oiseaux réapparaissent au bout d'une vingtaine de minutes. Les ramiers, pas bêtes, savent que le fusil leur est destiné et ne reviendront que de longues heures plus tard.

 

 9x7d1587

 

 

 9x7d1672

 

Enfin un brin de causette avec une pie bavarde qui m'avait très rarement donné l'occasion de tailler une bavette avec elle.

Un petit rais de lumière laisse entrevoir les reflets verts et bleus de ses plumes.

 

 9x7d1805

 

Au moindre mouvement suspect, elle s'envole. Il faut s'armer de patience.

 

 9x7d1694

 

 

 9x7d2128

 

Encore plus farouche que la pie : la corneille noire. 

 

 9x7d1813

 

Dans la famille noire, voici le merle.

 

 9x7d1984

 

Mésange bleue qui fait la peau d'un épi de maïs.

 

 9x7d1739

 

Les mésanges se perchent dans les frondaisons pour décortiquer les graines à l'abri .

 

 9x7d1747

 

Il ne passe pas inaperçu dans le décor : le bruant jaune, tapi sous une ortie givrée.

 

 9x7d2025

 

 

 9x7d2094

 

 

 9x7d2147

 

 

 9x7d1872

 

Faisan de Colchide. Très méfiant en cette période. Ça pétarade de partout!

 

 9x7d1888

 

 

 9x7d1889

 

 

 9x7d1893

 

 

 9x7d1936

 

Celui-ci serait un faisan d'élevage lâché récemment (il n'a pas la calotte argentée des faisans sauvages).

 

 9x7d1945

 

 

 9x7d2019

 

Pinson des arbres mâle. Beaucoup d'entre eux sont des migrateurs partiels venant d'Europe du Nord ou de l'Est.

 

 9x7d2015

 

Il dégage cette feuille de chêne pour trouver sa nourriture.

 

 9x7d1964

 

C'est aussi la première fois que j'en vois un : un pinson du Nord qui vient des latitudes septentrionales comme son nom l'indique. Pendant ce temps, un petit troglodyte mignon se perche sur mon objectif. Je le vois à 15 cm de moi. Hop! Il s'envole. À la prochaine.

 

 

Voir les commentaires

Dans mon jardin, Amiens (verdier d'Europe, étourneau sansonnet, moineau domestique)

7 Décembre 2010 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

Continuons sur la lancée des oiseaux communs du jardin picard amiénois. Je dois dire à défaut de mieux. J'ai pu observer un chardonneret élégant, un pivert, une grive et même trois corbeaux freux aux premières neiges (que j'ai pu approcher à quinze mètres à découvert). Mais quand je viens avec l'appareil, il n'y a plus personne.

 

 9x7d1346

 

Le croupion d'un verdier d'Europe mâle.

 

 9x7d1298

 

Le verdier défend chèrement la graine de tournesol qu'il affectionne particulièrement.

 

 9x7d1308

 

Toujours l'arrière-train du verdier.

 

 9x7d1382

 

Deux moineaux domestiques viennent s'abreuver à la mare. J'ai donné un coup de pied de biche dedans pour en briser la couche de glace formée avec les premières gelées.

 

 9x7d1386

 

Autres visiteurs qui viennent en grand nombre : les étourneaux. Ils sont friands des pommes (que j'ai gardées spécialement pour eux et les merles) et de graisse de boeuf. Certains arrivent d'Europe du Nord ou de l'Est en période hivernale.

 

 9x7d1327

 

Même s'ils sont en plumage d'hiver, il est intéressant de pouvoir les observer. De loin, on les croit tout noirs. De près, on s'aperçoit de la complexité du plumage "piqueté de blanc jaunâtre (...) avec des reflets métalliques verts et violets" (Le guide ornitho). Leur plumage nuptial est encore plus étonnant.

 

 9x7d1355

 

 

 9x7d1396

 

 

 9x7d1414

 

Les étourneaux sansonnets vivent en bande et font un raffut de tous les diables. Il sont très bruyants et se chamaillent sans cesse. J'étais tellement près d'eux que je n'ai pu immortaliser une de leurs joutes aériennes.

 

 9x7d1320

Voir les commentaires

Dans mon jardin, Amiens (moineau domestique, tourterelle turque, merlette)

3 Décembre 2010 , Rédigé par Benoit Henrion Publié dans #Somme

Retour à mon affût de jardin construit cet été dans la version maison de bois des trois petits cochons, mais qui a quand même résisté aux gros coups de vent du mois de novembre. 

  

 9x7d1207

 

A la différence des années précédentes, les moineaux investissent en grand nombre la mangeoire que j'ai installée. J'ai l'impression qu'ils ont un effet repoussoir pour les verdiers et autres pinsons.

 

 9x7d1225

 

Une merlette vient se désaltérer à la mare. La végétation plantée sur le pourtour de la mare n'a pas eu encore le temps de s'épanouir... C'est donc sur la bâche que notre merlette s'est posée.

 

 9x7d1232

 

Après son départ, la place est prise par une tourterelle turque. Comme peu des gens s'intéressent à cet oiseau fort commun, je me dévoue pour lui faire honneur (mais parfois je sature!).

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires